Opérationnelle depuis quelque temps déjà, la gare de Réduit, à côté du campus universitaire, aux infrastructures « modernes », a été inaugurée la semaine dernière, par le Premier ministre, Pravind Jugnauth. Et comme à chacune de ses sorties ces derniers mois, il a profité de l’occasion pour tenter de convaincre de la nécessité du projet Metro Express. A ce propos, il a critiqué ses détracteurs, disant « mo pa konpran kouma zot projet ti pou viable ek nou projet napa viable».
La région de Réduit, avec l’université comme point central, est devenue un point névralgique incontournable, selon Pravind Jugnauth. C’était ainsi une nécessité de réaménager la gare routière afin de réduire le problème de trafic dans cette zone. « Notre vision est d’améliorer la vie de tout un chacun », a-t-il fait ressortir, avant d’ajouter que « le pays est en chantier. Il y a des constructions, de nouvelles routes, de nouveaux hôpitaux, le complexe sportif de Côte-d’Or, le terminal pétrolier à Albion, un terminal à l’aéroport SSR et bientôt le Metro Express…» Des améliorations nécessaires pour faire progresser le pays et amener le développement, dit-il, profitant de ce discours pour faire une énième promotion du projet Metro Express, une nécessitée pour réduire le problème de congestion routière qui coûte à l’état Rs 4 milliards par an. « Plusieurs rapports en ont parlé et il Était question sous l’ancien régime d’aller de l’avant avec le Metro pour une somme de Rs 37 milliards. Nous nous allons le faire pour Rs 18,8 milliards seulement », a plaidé le Premier ministre. Et de s’insurger des palabres et autres faussetés qui circulent à propos de ce projet.
« Mo pa comprend couma zot projet, pou Rs 37 milliards ti pou viable ek nou projet, même zafer mais, moins cher, napa viable. Mo croire ki mo bizin retourn lor bann l’université, acoz mo pa comprend couma avec Rs 18 milliards, c’est nou ki pou plis endette pays. En plis ki nou noun  gagnz larzan kado, tandi ki zot zot ti pou bizin pran enn emprunt », a affirmé le chef du gouvernement. Pour Pravind Jugnauth, « ena dimoun coz nimporte. Zot pe dir mo pe hypotek l’avenir nou bann zenfan. Mais jamais mo pa pou hypotek lavenir nou zenfan. Zot pas trouver mo mean bizness kan mo cozer ». Selon lui, ses détracteurs sont des passéistes. Il cite en exemple les différentes et nombreuses critiques formulées dans le passé à propos d’autres projets d’envergure, comme la cybercité, l’autoroute M1, et même l’Université de Maurice, mais « les palabres et les faussetés ne vont pas me distraire dans ma détermination à faire le travail que le peuple attend de nous ». Il avance qu’il a avec lui une équipe « soudée » et qui regarde selon lui, dans la même direction. 
Se réjouissant des divers projets d’infrastructure réalisés à travers le pays, le ministre des Infrastructures publiques, Nando Bhoda a, lui, tenté de se montrer rassurant envers les employés des compagnies d’autobus dans le cadre du projet Metro Express. Il a affirmé que les autobus seront complémentaires au métro et que « système bis ena so place ek projet Metro Express ».