L’Union Joint Panel (UJP) a soumis hier son mémoire au ministre des Infrastructures publiques et du Transport, Nando Bodha. Il propose un accord tripartite entre gouvernement, employeurs et travailleurs pour garantir la sécurité d’emploi, tout en réclamant de la transparence autour du projet Metro Express. L’UJP souhaite que les conditions de service actuelles soient conservées et garanties dans cet accord.
« Government took the commitment that dissemination of information and details of the Metro Express Project shall be provided in all transparency, but the Union Joint Panel takes note that this is not the case and, pending outcome of a constructive and a written undertaking from Government, UJP reserves the rights to iniatiate any actions. » C’est ce qu’affirme le front commun des syndicats du transport dans son mémoire soumis à Nando Bodha hier.
Le collectif, qui s’identifie comme l’Union Joint Panel (UJP), précise toutefois ne pas être contre le métro ni aucun projet d’infrastructure d’envergure dans le pays. « Toutefois, l’UJP est très concerné par la manière dont le projet a été conçu et présenté par le gouvernement, relevant de l’opacité totale et sans considération pour les intérêts des personnes travaillant dans le secteur du transport. » Le front commun regrette que ce n’est qu’après la signature du contrat que le gouvernement soit finalement disposé à écouter les préoccupations des travailleurs du transport.
Dans ce contexte, l’UJP dit avoir appris qu’il y aura 100 autobus qui seront mis hors du circuit avec l’entrée en vigueur du métro. Ce qui devrait avoir des répercussions sur le travail de 500 personnes. « À ce jour, nous n’avons aucune garantie non plus que les travailleurs actuels du secteur du transport auront priorité dans les recrutements réalisés pour le projet Metro Express. » Dans une telle situation, l’UJP indique avoir fait de la sécurité d’emploi dans ce secteur son « cheval de bataille ».
Dans ses propositions, l’UJP réclame ainsi un accord tripartite entre le gouvernement, les employeurs et les travailleurs. Celui-ci devrait garantir que toutes les conditions actuelles, relatives au Remuneration Order et accords collectifs, soient maintenues. De même, les responsabilités doivent rester inchangées. Le gouvernement et les employeurs sont aussi invités à donner des garanties écrites que tous les emplois seront sauvegardés.
Il est aussi suggéré que tout projet de mise à la retraite volontaire doit être discuté au préalable. L’UJP souhaite également la création d’un fonds spécial pour la formation et la transition des travailleurs du transport vers un nouveau système, avec l’entrée en opération des “Feeder Buses” et la « concurrence déloyale » du métro. L’UJP affirme également son intention de se présenter à la rencontre de jeudi prochain en compagnie de ses conseillers légaux.