La ministre indienne des Affaires étrangères Sushma Swaraj a quitté le pays à la mi-journée hier au terme d’une visite intense de 36 heures dans le pays, et qui a bénéficié d’une large couverture médiatique en Inde. La visiteuse de marque a rassuré les autorités mauriciennes concernant des dossiers épineux. Ainsi, à propos du traité de non double imposition, elle a souligné que l’Inde ne fera rien qui pourrait nuire aux intérêts économiques de Maurice. Elle a, par ailleurs, confirmé l’octroi d’une enveloppe de l’ordre de Rs 19,5 milliards sous forme d’une ligne de crédit et de prêts préférentiels pour l’introduction du métro léger. Outre ses entrevues avec le Président de la République Kailash Purryag et le Premier ministre Navin Ramgoolam, Sushma Swaraj a également rencontré le leader de l’opposition, Pravind Jugnauth, dimanche après-midi.
Le traité de non double imposition entre nos deux pays a figuré parmi les sujets évoqués par la ministre indienne lors de sa rencontre avec le Premier ministre Navin Ramgoolam. Sushma Swaraj a fait part de la garantie personnelle donnée par le Premier ministre indien, Narendra Modi, à l’effet que l’Inde ne ferait rien qui puisse nuire aux intérêts de Maurice. De nouveaux arrangements concernant le traité de non double imposition fiscale (“Double Taxation Agreement”) devraient de fait être très prochainement conclus. S’agissant du visa d’entrée en Inde, la ministre indienne a annoncé que les Mauriciens voyageant dans la Grande péninsule pourront bientôt obtenir leur visa directement à leur arrivée à l’aéroport en Inde pour une durée de 30 jours. Cette décision devrait faire l’objet d’un texte de loi au Parlement indien. Quant aux personnes disposant d’un certificat “Person of Indian Origines” (PIO), elles pourront disposer d’un visa d’entrée en Inde à vie. Au sujet du métro léger, Sushma Swaraj a signifié au Premier ministre mauricien l’intention du gouvernement indien d’accorder une ligne de crédit de USD 200 millions, soit Rs 6 milliards, ainsi qu’un prêt de USD 450 millions (Rs 13,5 milliards) de l’EXIM Bank de l’Inde à un taux préférentiel pour la réalisation de ce projet. Ces questions avaient été évoquées plus tôt avec le Président de la République, Kailash Purryag.
Outre sa participation à la cérémonie marquant le 180e anniversaire de l’arrivée des premiers travailleurs engagés à Maurice et l’inauguration du Beekramsingh Ramlallah Centre à l’Aapravasi Ghat dimanche, Sushma Swaraj s’est aussi rendue à Calebasse, où elle était l’invitée de l’Human Service Trust. À cette occasion, la ministre indienne a abandonné son discours officiel pour en prononcer un autre, improvisé cette fois, en hindi. Le temps, pour elle, de rappeler le rêve brisé des premiers travailleurs engagés après avoir gravi les 16 perrons de l’Aapravasi Ghat et rendu hommage aux travailleurs. Mais aussi le passage du Mohandass Gandhi, qui devait devenir par la suite le Mahatma Gandhi, père de l’indépendance de l’Inde. Elle a ensuite comparé sir Seewoosagur Ramgoolam, « fils de travailleurs engagés », au Mahatma Gandhi pour avoir mené le pays, lui aussi, à l’indépendance.
Sushma Swaraj a rappelé l’insistance du Premier ministre indien Narendra Modi pour que le Premier ministre mauricien, Navin Ramgoolam, soit présent à la cérémonie d’investiture en tant que Premier ministre de l’Inde. Pour elle, les « sacrifices » des travailleurs engagés n’ont pas été vains. « Émergeant de l’expérience de l’esclavage et de l’exploitation des  travailleurs engagés, Maurice peut se flatter d’un “impressive accomplishments that India and all of humanity is proud of” », a-t-elle affirmé.
Dans la soirée de dimanche, Sushma Swaraj a assisté à une réception donnée par le haut-commissaire indien et le commandant de Western Fleet à bord d’un navire de guerre dans le port, soit une occasion de rappeler la coopération entre Maurice et l’Inde en matière de sécurité. Sushma Swaraj a également reçu le leader de l’opposition à l’hôtel Oberoi dans l’après-midi de dimanche. Pravind Jugnauth a remercié l’Inde pour l’aide financière accordée pour le métro léger mais a toutefois souhaité qu’aucun accord ne soit signé avant les prochaines élections. À noter enfin que la ministre indienne a également rencontré le vice-Premier ministre Rashid Beebeejaun avant son départ du pays.