Le corps maculé de sang de Ravi Ajit Tooroubhul, âgé de 62 ans et gérant de la villa Lotus, à Pointe-aux-Biches, a été retrouvé dans la chambre de la maison tôt ce matin. Comme la pièce était sens dessus dessous, la police soupçonne un vol qui aurait mal tourné hier soir. Ce matin, elle n’avait procédé à aucune arrestation.
La victime, habitant Triolet, gérait la villa, dont le propriétaire est un de ses proches. De temps en temps, il logeait sur place pendant la nuit et quittait les lieux une fois que les employés reprenaient leur service le matin. Mardi soir, Ravi Ajit Tooroubhul était seul dans la villa, aucun client n’ayant fait de réservation pour la nuit. Selon la police, la cour est dotée de caméras de surveillance et le bâtiment d’un système d’alarme. Il n’y a aucune habitation à l’arrière de la villa, bordée par un terrain en friche. Selon nos renseignements, cette partie de Pointe-aux-Biches ne jouit pas d’une très bonne réputation car regorgeant de “guest houses” fréquentées par des couples en quête d’intimité.
Le matin, la villa Lotus a accueilli quelques clients, mais en début de soirée, tout était calme. D’ailleurs, des voisins ont affirmé n’avoir rien entendu ou aperçu de suspect. C’est justement à une heure tardive que les malfrats ont attaqué la victime pour commettre leur forfait. Mais le sexagénaire aurait fait de la résistance et aurait reconnu au moins un des malfrats. Ses agresseurs l’auraient alors éliminé. Par la suite, ils ont emporté les caméras de surveillance et la boîte d’enregistrement pour que la police ne puisse les retrouver. Tel est en tout cas la thèse privilégiée par la police.
De plus, les enquêteurs estiment que les agresseurs connaissaient bien le lieu et n’écartent pas la possibilité que ceux ayant commis ce crime aient effectué une reconnaissance du lieu quelques heures auparavant. En plus, ils savaient que Ravi Ajit Tooroubhul serait seul à l’intérieur et qu’il serait une cible facile. Les hommes du surintendant Callee de la CID de Trou-aux-Biches ont questionné des voisins pour tenter de recueillir des renseignements à ce sujet.
C’est un employé qui a fait la découverte macabre ce matin. Il a alors ensuite immédiatement appelé la police de la localité. Des éléments du SOCO ont effectué des prélèvements d’empreintes dans la chambre où dormait la victime. Ils n’ont cependant retrouvé aucune arme à l’intérieur et attendaient le feu vert d’un médecin de la police pour transporter le cadavre à la morgue de l’hôpital du Nord, où une autopsie est prévue cet après-midi pour déterminer la cause du décès. Les proches de la victime ont fait un saut à la villa Lotus tôt ce matin avant d’entamer des démarches pour des rites funéraires.
Les enquêteurs ont par ailleurs visionné les caméras de surveillance des villas alentours mais n’ont rien remarqué d’anormal pour le moment. Ils ont pris possession d’un enregistrement vidéo d’un voisin ayant enregistré les allers-retours dans la rue hier. Mais la police n’écarte pas la possibilité que les malfrats soient passés par le terrain en friche pour regagner la villa Lotus. Elle passe en revue une liste de récidivistes de la région ayant des antécédents de vol par effraction. Alors que le gardien qui a découvert le corps ce matin sera lui aussi questionné pour les besoins de l’enquête.
Ootam Callichurn, vice-président du Conseil de district de Pamplemousses/Rivière-du-Rempart, présent sur le lieu du crime, déplore un manque de sécurité dans la région. « Le littoral Nord est très fréquenté par des touristes, mais nous avons remarqué une recrudescence de vol et de criminalité en général ces derniers temps. Il faut que les autorités prennent les mesures nécessaires », dit-il.