Le corps de Didier Bruno Armel (42 ans), aussi connu sous le nom de Mélo, a été retrouvé chez lui hier matin à Petit-Verger, Saint-Pierre, gisant inerte dans son atelier. Le menuisier avait le pantalon partiellement baissé et présentait de graves entailles à la tête, au bassin et aux parties intimes.
Une tante de la victime, qui a fait la découverte macabre, raconte : « J’ai quitté mon domicile pour aller voir ma nièce dans l’arrière-cour pour une session de prière. J’ai jeté un coup d’oeil dans l’atelier de mon neveu et j’ai vu qu’il était inerte sur le sol. Pensant qu’il avait eu un problème de santé, j’ai appelé son frère Dario, qui habite dans la même cour. » Les autorités ont par la suite été contactées : « Une fois sur place, les policiers ont tenté de le réanimer, mais ont arrêté lorsqu’ils ont vu les blessures sur le corps de mon neveu. Zot dir nou : “enn zafer bien pli grav-sa”. Nounn fini konpran ki Didier finn mor. » Indigné, un voisin de la victime soutenait ce matin que « se enn krim atros ki finn komet ».
Les blessures que porte Didier Bruno Armel auraient été faites avec un couteau. La victime avait les parties intimes sectionnées et serait décédée d’une exsanguination. La thèse du meurtre a dès lors été immédiatement privilégiée par les enquêteurs. Un habitant de Flic-en-Flac de 41 ans, Mike Inaf,  a été arrêté le même jour, la police le soupçonnant d’être impliqué dans le drame. De son côté, la police scientifique a emporté une bouteille de rhum, une bouteille de boisson gazeuse et une canette de bière, retrouvées chez le menuisier, à des fins d’analyses.
Selon la tante de la victime, Didier Bruno Armel était séparé de son épouse et avait trois enfants. Il avait aussi l’habitude d’inviter des amis chez lui pour prendre un verre. Un voisin, lui, décrit la victime comme « quelqu’un de très tranquille, gentil et pas violent », précisant toutefois qu’il avait un penchant pour l’alcool. « Li pa ti kontan rod problem ek dimounn », poursuit le voisin.