Deux semaines après le meurtre de Jitendra Mooneea, 41 ans, dans le chassé Carsenac, Poste-de-Flacq, la Major Crime Investigation Team (MCIT), menée par le surintendant Mannaram, a percé le mystère du Cover Up. Le meurtrier présumé, Atmanand Deenoo, 45 ans, qui a retenu les services de Me Veda Balamoody, est passé aux aveux sur les circonstances du meurtre et la tentative de Cover Up élaborée. Avec ces nouveaux développements, la MCIT, qui a déjà procédé à l’arrestation de Philippe Rivalland, responsable de ce chassé appartenant à la propriété Constance, compte assigner à interrogatoire Me Siv Pottaya pour consigner sa version des faits de la séquence des événements dans le chassé après le meurtre de la victime.
Le principal suspect, le gardien du chassé, a complété hier après-midi dans les locaux de la MCIT sa nouvelle déposition avec force détails sur ce qui s’est passé ce dimanche 17 mars. Cette version est complètement différente de la première, avec un volet sur une tentative de maquiller ce meurtre avant d’alerter la police.
Atmanand Deenoo soutient que dans un premier temps, vers les 17 h, ce jour-là, il a entendu un coup de feu. Il est parti dans la direction du site où se déroulait cet acte de braconnage. À un certain moment, il a vu Jitendra Mooneea, avec à ses côtés un cerf abattu, et pointant son arme en direction d’un autre cervidé pour l’abattre.
« Mo inn kriye, zet to zarm anba ek met to lamin derier to late », déclare Atmanand Mooneea aux limiers de la MCIT. « Mais Jitendra Mooneea n’a pas obéi aux sommations et a voulu se retourner vers moi avec son arme. Mo inn nek inn tir lor li pou mo defann mwa », poursuit le suspect dans sa nouvelle déposition.
En effet, en début de semaine, les enquêteurs de la police sont descendus dans le chassé en vue de confirmer les nouveaux éléments de cette affaire. Suivant les indications fournies par le suspect Deenoo, des restes en état de putréfaction d’un second cerf ont été retrouvés dans le chassé, accréditant la thèse du suspect au sujet des deux bêtes abattues illégalement le dimanche 17.
D’autre part, Atmanand Deenoo, qui avait soutenu formellement qu’il n’avait pas d’arme à feu « at the material time » du crime, devra indiquer aux éléments de la MCIT l’arme du crime qui était en sa possession. Lors de son interrogatoire initial, il avait déclaré qu’il avait un sabre comme seule arme. Pas moins de sept fusils avaient été saisis par les enquêteurs au tout début de cette affaire.
L’autre volet de la déposition du meurtrier présumé est compromettant pour Philippe Rivalland et l’homme de loi Me Siv Pottaya. Il est question d’un complot en vue de maquiller le meurtre de Jitendra Mooneea. À ce stade de l’enquête, Philippe Rivalland a été inculpé et placé en détention provisoire après sa comparution devant le tribunal de Flacq pour sa participation à cette tentative de « perverting the course of justice ».
Philippe Rivalland, assisté de Me Colunday, a été entendu pendant toute la journée d’hier dans les locaux de la MCIT. Il a été confronté aux nouveaux éléments à charge versés dans le dossier et a participé dans la matinée à une reconstitution des faits dans le chassé avant d’être reconduit en cellule policière.
Me Siv Pottaya pourrait être entendu par la MCIT dans les jours à venir pour une séance d’interrogatoire sur les faits dévoilés par le suspect Atmanand Deenoo. À la MCIT, on ne veut nullement confirmer ou infirmer des détails au sujet de cette prochaine étape de l’enquête sur le meurtre de Jitendra Moneea, abattu d’un coup de feu à bout portant dans le dos d’un fusil de calibre 16, soit des “balles fanées”.