L’enquête préliminaire sur le meurtre de Michaela Harte (27 ans) au Legends Hotel à Grand-Gaube le 10 janvier arrive difficilement à démarrer. À la mi-journée, Me Sanjeev Teeluckdharry, dont les services ont été retenus par le suspect N° 1 Aveenash Treebhowoon, ancien Room Attendant à l’hôtel, a réclamé par voie de motion un gel des procédures.
La raison officielle est le fait que Me Sanjeev Teeluckdharry a logé une motion de Judicial Review devant la Cour suprême pour contester le premier Ruling de la magistrate Sheila Bonomally rejetant la demande qu’elle se récuse de cette affaire. D’autre part, la controverse autour de l’assignation de l’époux de la victime, John McAreavey, dans cette enquête préliminaire, a resurgi de nouveau avec les avocats de la défense, Mes Teeluckdharry et Nuvin Bhoyrul pour le suspect Sandip Mooneea insistant que le ministère Public convoque ce témoin, qui fait partie de la liste soumise en cour officiellement.
Formulant sa motion en faveur d’un « Stay of Proceedings » dans cette enquête préliminaire, Me Teeluckdharry a annoncé formellement qu’il a saisi la Cour suprême par voie de Judicial Review pour contester le Ruling de la magistrate Bonomally prononcé mardi dernier. La magistrate a rejeté la demande de l’avocat d’Aveenash Treebhowoon lui demandant de se récuser. Il a soutenu que son client avait des appréhensions quant à l’impartialité de la Cour dans cette affaire vu la décision par rapport à sa demande de remise en liberté conditionnelle.
De son côté, Me Mehdi Choonee du State Law Office est intervenu pour contester la démarche de la défense. Il a soutenu que l’heure est venue pour que la Cour puisse entamer l’enquête préliminaire sur le meurtre de Michaela Harte. Il a ajouté que depuis lundi dernier la défense s’est lancée dans une stratégie de « delaying tactics » pour tenter d’empêcher le démarrage des travaux.
D’autre part, les débats sont revenus de nouveau sur l’assignation de John McAreavey par le ministère Public en tant que témoin lors de l’enquête préliminaire pour les besoins de contre-interrogatoire par la défense. Les avis sont partagés car Me Teeluckdharry trouve que les dispositions de la Courts Act n’autorisent pas la défense à convoquer des témoins lors d’une enquête préliminaire.
S’appuyant sur le District and Intermediate Courts, Me Choonee soutient le contraire et ajoute que « witnesses may be called by accused parties ». Peu avant 13 h, la magistrate a levé la séance en vue de décider de la marche à suivre par rapport à ces deux nouvelles motions de la défense.