Vishnu Ramsamy, 38 ans, arrêté par la police dans le sillage du décès de son épouse ouzbek, Camilla Ramsamy, 32 ans, clame toujours son innocence, soutenant que la victime s’est « automutilée avec un couteau ». Mais le rapport d’autopsie, rédigé par le Dr Sudesh Kumar Gungadin, chef du département médico-légal de la police, assisté par le Dr Prem Chaman, a confirmé qu’il s’agit d’un meurtre.
Camilla Ramsamy, mère de quatre enfants, a reçu au moins sept coups de couteau, dont certains au dos. « Cela contredit la version du suspect », selon la police. « D’autant plus qu’il n’est pas intervenu pour sauver sa femme si elle s’est vraiment autoinfligée des blessures devant lui », dit-elle. La CID de Piton, en charge de l’enquête, compte à nouveau interroger Vishnu Ramsamy pour le confronter à ces nouveaux éléments. Il devra surtout expliquer comment sa femme « inn pik li mem ek enn kouto ». Il sera d’abord examiné par un médecin de la police, qui déterminera s’il est physiquement et mentalement apte à faire face à son interrogatoire, lequel se déroulera en présence de son avocat, Me Ravi Rutha.
Vishnu Ramsamy est revenu hier sur la soirée du drame. Il avait consigné une entrée au poste de police de Plaine-des-Papayes le mois dernier pour expliquer que l’Ouzbek avait quitté le toit conjugal pour résider chez un habitant de Beau-Bassin, avec qui il soupçonne que la victime entretenait une liaison amoureuse. Même si les proches du jeune homme, que Le Mauricien a rencontré mardi, avancent que « tou ti korek ant zot », le suspect a lui même déclaré que son mariage « battait de l’aile ».
Lors d’une sortie dans la soirée de mardi, le couple s’est arrêté près d’un champ de cannes, à Cottage, où une dispute a éclaté quand le suspect a reproché à Camilla Ramsamy de l’avoir trompé. Selon la version de Vishnu Ramsamy, la victime a alors sorti un couteau et s’est autoinfligée plusieurs coups sur le corps. Il a aussi indiqué que « linn mem kit enn let sisid », qui a été retrouvée dans sa maison à Fond-du-Sac. Cette lettre, qui a cependant été rédigée sur un ordinateur, et non à la main, sera examinée par les experts de la police. Toutefois, cet élément pourrait jouer contre Vishnu Ramsamy car non seulement la police estime que cette dispute n’est pas spontanée, mais elle soupçonne aussi un acte prémédité.
Vishnu Ramsamy a expliqué qu’après les coups de couteau, son épouse a perdu connaissance. Il a contacté ses proches pour les informer qu’il conduisait la victime à l’hôpital du Nord sans entrer dans les détails. En constatant les blessures de la victime, le personnel soignant s’est rendu à l’évidence qu’il s’agissait d’un “police case”. Les officiers ont par la suite interpellé l’époux.
Entre-temps, Camilla Ramsamy a succombé à ses blessures aux petites heures mardi matin. Son cadavre a été transporté à la morgue pour autopsie. La CID de Piton a embarqué le suspect pour une perquisition de son domicile, où la lettre de suicide a été retrouvée. Des éléments du SOCO ont prélevé dans sa voiture des traces de sang, lesquelles ont été envoyées pour analyse au Forensic Science Laboratory. Vishnu Ramsamy a été traduit au tribunal de Pamplemousses hier, où une accusation provisoire d’assassinat a été retenue contre lui.
Camilla Bakinova-Ramsamy, originaire de l’Ouzbékistan, avait rencontré son époux lors d’un voyage à Dubaï il y a une quinzaine d’années. Elle avait quitté son pays natal pour venir habiter à Maurice avec son époux en 2008. Tous deux ont eu quatre enfants, soit trois garçons et une fille. Étant donné que Camilla Bakinova-Ramsamy parle couramment le russe, la victime avait vite trouvé un emploi dans une agence touristique tandis que son époux, lui, travaillait dans un centre d’appel à Ébène. « Zot ti bien ansam tou lede. Zame mo finn tann zot lager. Mo belfi ti touletan bien zanti. Depi wit an zot res dan lakour, zame mo finn gagn problem ek li », a affirmé Ludumee Ramsamy, la mère du suspect.