Kursley Armoogum, poursuivi aux Assises pour wounds and blows causing death without intention to kill, sera fixé sur son sort demain. Il est accusé du meurtre de Christopher Boodhoo, survenu le 11 décembre 2011 après une dispute. Il avait plaidé coupable. Lors des plaidoiries, Me Roshan Santokee, Principal State Counsel, avait demandé à la Cour « d’envoyer un signal fort » dans les cas de crimes passionnels en imposant une sentence maximum de plus de dix ans à l’accusé. Revenant sur les circonstances du drame, Me Rama Valayden, l’avocat de l’accusé, avait pour sa part plaidé pour que la Cour prenne en considération le fait que le jeune homme avait, ce jour-là, été victime de son amour, au point « d’aimer à en perdre la raison ».
Jean Ludovic Kersley Armoogum, habitant Roches-Brunes, était initialement poursuivi devant la Cour d’assises sous une accusation d’homicide involontaire (manslaughter) pour avoir agressé avec une arme tranchante Jean Christopher Donald Boodhoo, causant sa mort. Ce dernier, au moment des faits, occupait le poste d’Assistant Bar Manager au Lux* Hotel, Le Morne. Lors de l’ouverture de son procès, l’accusé avait plaidé coupable et le bureau du DPP a réduit la charge à Wounds and Blows causing death without intention to kill. Kersley Armoogum est défendu par Me Rama Valayden alors que la poursuite est représentée par Me Roshan Santokee.
Les faits remontent au 11 décembre 2011. Très tard dans la soirée, Kersley Armoogum attendait sa petite amie, Sabrina, chez elle à Vacoas. Il était à moto devant l’impasse qui mène à son domicile. Alors qu’il s’attendait à voir sa petite amie descendre du transport qui, habituellement, se chargeait de la ramener chez elle après son service, c’est en compagnie d’un autre homme qu’il devait la surprendre. Fou de rage, Kersley Armoogum aurait tenté d’avoir des explications. Une violente dispute s’est ensuivie entre les deux hommes. Christopher Boodhoo s’est écroulé au sol. Grièvement blessé à la tête et à l’abdomen, il a été transporté d’urgence à l’hôpital Victoria et a succombé quelques heures plus tard. L’autopsie, pratiquée par le médecin légiste de la police, le Dr Salim Saïb, a attribué le décès de la victime à « a shock due to abdominal injuries ». Lors du procès, l’ex petite amie de Kersley Armoogum avait admis en Cour qu’elle ne se souvenait pas des détails précis car elle était ivre ce jour-là. L’accusé pour sa part avait raconté dans ses dépositions qu’il regrettait ce qui s’était passé.
Rappelons que lors de sa plaidoirie, Me Roshan Santokee était revenu sur la déposition de l’ex-fiancée de Kersley Armoogum en cour jeudi, soulignant que la jeune femme n’avait pas cherché à cacher à la Cour qu’elle revenait, le jour des faits, d’une soirée bien arrosée, admettant même qu’elle était ivre et ne se souvenait pas de tous les détails. « Miss Chinan is a witness of truth and she was straightforward. At no time she made any attempt to conceal certains facts and she maintained her version », avait  déclaré la poursuite.  Les crimes passionnels étant devenus « daily occurences », la poursuite avait demandé à la Cour d’envoyer un « signal fort » en infligeant à l’accusé une sentence de 10 à 15 ans. Me Rama Valayden avait, pour sa part, soutenu que la Cour ne pouvait comparer ce cas à d’autres car les faits étaient différents. L’homme de loi, en brossant le portrait de l’accusé, a soutenu que celui-ci était « un homme qui aimait sa fiancée » et qui avait des projets de mariage. Me Valayden a plaidé pour qu’une sentence de moins de six ans soit infligée à Kersley Armoogum. « Il a aimé à en perdre la raison pendant cinq minutes », devait-il conclure.