Trois personnes, qui aurait été repérées à l’avenue Brick Empire à Albion la veille du crime, sont activement recherchées par la Criminal Investigation (CID) de la Western Division. Cela, en relation avec le meurtre de l’Ecossaise Janice Farman, 47 ans et originaire de Clydebank en Ecosse, tuée sous le regard impuissant de son fils de 10 ans dans la nuit de jeudi à vendredi dans sa maison. Mme Farman a été asphyxiée après que trois hommes masqués ont fouillé sa maison. Ses présumés meurtriers ont emporté une Playstation, un téléviseur, des bijoux et ont pris place à bord d’une voiture de la marque Nissan de couleur or, immatriculée 4389 AG 10, appartenant la victime, avant de prendre la fuite.
Le fils adoptif de la victime, autiste de naissance, a vécu le drame en direct avant d’alerter une amie, habitante de Vacoas, qui a immédiatement alerté la police. Lorsque les officiers sont arrivés sur les lieux du crime, ils ont découvert la victime allongée sur le dos dans sa chambre, avec des traces de sang sur la bouche.
Le SAMU et les autres unités de service d’urgence qui s’étaient rendus chez la quadragénaire n’ont pu que constater son décès. Arrivée sur place, le Scene of Crime Office (SOCO) a prélevé des empreintes et autres indices pour être analysées au Forensic Science Laboratory (FSC). L’autopsie pratiquée par le Dr Sudesh Kumar Gungadin, chef du département médico-légal, et le Dr Maxwell Monvoisin ont attribué le décès de Janice Farman à une asphyxie suite à une compression au niveau du cou. Des traces de blessures sur son nez et une partie du visage ont été notées. Selon la police, les malfaiteurs auraient utilisé un coussin pour asphyxier l’Écossaise.
Vendredi après-midi, la police a retrouvé la voiture de la victime en bordure de route, à Trois Mamelles, et ce, sans plaque d’immatriculation. Le SOCO a prélevé des empreintes pour des analyses approfondies. Les enquêteurs ont également interrogé le fils de l’Écossaise malgré son handicap. Il a raconté que trois malfrats, qui portaient des cagoules et étaient armés, ont frappé sa mère jusqu’à ce qu’elle saigne de la bouche.
Elle souhaitait regagner l’Écosse
Le même jour, un habitant de Bel-Ombre, son ex-mari, a été interrogé sur ses liens avec la victime, avec qui il était en instance de divorce. Cet ancien compagnon a indiqué qu’il gardait toujours de bonnes relations avec l’Écossaise. Selon lui, son ex-épouse avait déclaré son intention de retourner en Écosse après avoir été cambriolée il y a deux semaines. C’est ce qu’elle lui aurait dit mercredi dernier. Par ailleurs, il a indiqué que Janice Farman, qui habitait Rivière Noire, avait récemment déménagé pour Albion parce qu’elle disait aimer la plage d’Albion. Il a été autorisé à rentrer chez lui après cet exercice. Soulignons que le propriétaire de la maison a également été interrogé. La victime, qui était arrivée à Maurice le 13 mai 2013, vivait depuis sa séparation avec un ressortissant camerounais, qui se trouve actuellement à l’étranger.
Des voisins, que Week-End a rencontrés sur place vendredi, affirment que la victime était une personne très aimable et gentille. « Comme chacun vit tranquillement chez soi ici, on ne fait que dire bonjour ou bonsoir lorsqu’on se croise en route. Mais une chose est sûre, elle avait toujours le sourire sur le visage. Son fils aussi. »
Le gouvernement britannique suit
l’affaire de près
« C’est vraiment bizarre, commente un autre voisin en vacances à Maurice avec son épouse. Je n’ai pas entendu de bruit jeudi, d’autant que j’ai l’habitude de me coucher tard. » « Franchement, nous n’avons rien entendu cette nuit, ni les aboiements des chiens », ajoute son épouse. Par ailleurs, des ouvriers qui viennent ces deniers temps pour rénover la maison de la victime disent être très surpris d’apprendre cette triste nouvelle.
Le ministère britannique des Affaires étrangères a déclaré qu’il était en contact avec les autorités locales au sujet de l’affaire. Le Premier ministre, Pravind Jugnauth, choqué et attristé par cette nouvelle, a dans ce contexte exigé du commissaire de police de mener une enquête serrée pour retracer les assassins au plus vite. Janice Farman était directrice générale de PECS Data Services à Maurice après un passage à CIM peu âpre son installation dans l’île.
Par ailleurs, une pétition en ligne a été mise en place par les amis de la victime et les collègues de travail, demandant l’action énergique du gouvernement dans cette affaire qui a terni l’image sécuritaire de Maurice en Angleterre à travers des articles de presse des plus grands journaux britanniques. La pétition de Justice pour Janice rappelle que :  « Janice était une femme gaie qui embrassait sans réserve la vie. Elle a travaillé sans relâche pour soutenir les causes de bienfaisance et était protectrice envers ses employés. Janice a été arrachée à nous par trois brutes et ce crime est au-delà de toute compréhension. Combien de Janice allons-nous perdre parce que notre système de justice pénale est vicié ? »