Le procès intenté à Jean Christophe Brian Lacloche, âgé de 25 ans, pour le meurtre de son voisin, Amichand Rughooa, 34 ans, s’est poursuivi hier avec l’audition du Chief Police Medical Officer, le Dr Sudesh Kumar Gungadin. Le médecin légiste a indiqué que l’état de santé de la victime a accentué l’hémorragie causée par ses blessures.
Le Dr Sudesh Kumar Gungadin, qui avait pratiqué l’autopsie d’Amichand Rughooa, a été appelé à la barre des témoins. Auparavant, la défense avait logé une motion pour que les photos de l’autopsie ne soient pas produites devant les jurés, évoquant l’incidence émotionnelle sur ces derniers. Menée par Me Rama Valayden, qui est assisté de Me Segaren Veeramundur, la défense avait argué que les photos de l’autopsie auraient un effet sur les jurés, car elles ajouteraient davantage à l’aspect morbide de cette affaire, les rendant ainsi plus émotifs. Le juge Benjamin Marie Joseph a dans un Ruling hier rejeté la motion. Il a relevé que les photos sont d’une grande importance, constituant le seul moyen de voir l’état des choses telles qu’elles étaient au moment de l’autopsie. La cour a aussi fait ressortir qu’ils sont des adultes qui ont un discernement dans le travail qu’ils sont appelés à faire.
Le Dr Sudesh Kumar Gungadin a répondu aux questions de l’avocat de la poursuite, Me Jean Michel Ah Sen, et est revenu sur les blessures de la victime. Amichand Rughooa a succombé à un « shock due to ruptured spleen ». Le médecin légiste a expliqué que ces blessures auraient pu avoir été causées par une chute ou une forte pression appliquée sur cette partie du corps, telle que des coups. La victime portait aussi des blessures au cou et au thorax.
Lors du contre-interrogatoire mené par Me Rama Valayden, le Dr Gungadin a révélé que la victime avait plusieurs problèmes de santé. Amichand Rughooa était séropositif et souffrait d’hépatite B et C ainsi que d’une cirrhose. À une question de Me Valayden pour savoir si ces blessures étaient dues à l’état de santé de la victime, le Dr Gungadin a répondu qu’une personne souffrant de ces maladies saigne plus. Le procès se poursuit aujourd’hui avec l’audition des autres témoins.
Cette affaire remonte à septembre 2011. Jean Christophe Brian Lacloche et Amichand Rughooa étaient deux voisins habitant rue Ruisseau Créole, à Port-Louis. Ils utilisaient des toilettes communes et se disputaient souvent autour de leur nettoyage ainsi que celui de la salle de bains. Le jour du drame, une dispute a éclaté autour du même problème et les deux voisins en sont venus aux mains. Jean Christophe Brian Lacloche a alors été blessé au pied avec un sabre tandis que Amichand Rughooa n’a pas survécu à ses blessures. Une charge de “manslaughter” pèse sur Lacloche.