Les suspects Saminaden Vyapooree, 45 ans, et Sew Seetohul, 25 ans, ont participé à une reconstitution des faits, hier matin, à la rue Charles Renaud, Eau Coulée, dans le cadre de l’enquête sur le meurtre d’Anwar Nandoo, survenu au petit matin le lundi 11 juillet. Ils ont, l’un après l’autre, expliqué aux enquêteurs comment s’étaient passés les derniers instants de la victime, âgée de 54 ans, le jour fatidique. L’opération s’est déroulée en présence du nouveau patron du CCID, l’Assistant Commissaire de Police (ACP) Devenand Reekoye.
La reconstitution des faits du meurtre d’Anwar Nandoo, un habitant d’Eau-Coulée tué à son domicile au petit matin le lundi 11 juillet, a eu lieu hier matin, à la rue Charles Renaud, en présence des deux suspects appréhendés dans le cadre de cette affaire. Ainsi, Saminaden Vyapooree, un marchant de kebab, et son complice, Sew Seetohul, sont revenus sur la scène de crime et ont expliqué aux enquêteurs avec moult précisions, les circonstances atroces dans lesquelles le quinquagénaire avait perdu la vie le jour fatidique. Vers 11 h, la présence accrue des policiers sur les lieux avait attiré bon nombre de badauds, essentiellement des habitants de la localité. Tous attendaient l’arrivée des suspects tout en échangeant des souvenirs communs partagés avec la victime. À 11 h 40, après que les policiers et les membres de la Major Crime Investigation Team (MCIT) ont délimité le périmètre pour le bon déroulement de l’opération, sous le regard du nouveau patron du CCID, l’ACP Devanand Reekoye, le premier suspect, Saminaden Vyapooree, est arrivé sur les lieux sous forte escorte policière pour démarrer l’exercice.
Selon une source policière, le jour du drame, Saminaden Vyapooree s’était introduit chez la victime avec un double des clés de sa maison, qu’il avait préalablement fait fabriquer à Vacoas. Lorsqu’il a fait irruption, Anwar Nandoo était déjà couché. C’est alors qu’il lui a asséné plusieurs coups de gourdin en présence de son complice, Sew Seetohul, avant de quitter les lieux. Comme l’avait indiqué le rapport d’autopsie, Anwar Nandoo a succombé à une fracture du crâne et une hémorragie cérébrale. La première partie de cette reconstitution des faits, menée par les officiers du Scene Of Crime Office (SOCO), a pris fin à la mi-journée.
Plus d’une trentaine de minutes suivant le départ de Saminaden Vyapooree de la scène du crime, son complice Sew Seetohul est arrivé sur place pour une opération similaire. Toujours selon une source policière, ce dernier aurait uniquement accompagné le meurtrier présumé et assisté à la scène, sans y participer. Il a expliqué aux enquêteurs comment s’était déroulé le meurtre prémédité de la victime ce jour-là, puis a quitté les lieux aux alentours de 13 heures, escorté par les membres de la MCIT. L’exercice de reconstitution s’est clos avec la participation de Bilkiss Donovan, fille de la victime, et d’un voisin de son père.
La jeune femme, âgée de 23 ans, a dû accompagner les enquêteurs à l’intérieur pour leur expliquer où et dans quel état elle avait découvert le corps sans vie de son père en lui rendant visite. Encore sous le choc depuis le drame, elle n’a pas été en mesure de contenir ses larmes après avoir apporté ses précisions aux enquêteurs. Le voisin de son père qu’elle avait sollicité après la découverte macabre pour qu’il alerte la police a également été amené à donner sa version des faits pour boucler l’opération.
Pour rappel, le corps inerte de la victime avait été retrouvé durant l’après-midi du lundi 11 juillet par sa fille unique Bilkiss Donovan, qui s’inquiétait de ne pas avoir de ses nouvelles. Lorsqu’elle avait trouvé son père gisant dans une mare de sang et immobile dans son lit, elle était immédiatement allée chercher de l’aide auprès d’un voisin pour qu’il alerte la police. Rappelons que Geralda Nandoo, l’épouse de la victime, de qui il vivait séparé depuis 17 ans, est également en détention policière, suspectée d’avoir commandité le meurtre. Elle a été incriminée par Saminaden Vyapooree aux enquêteurs de la MCIT lors de son interrogatoire dimanche. Il allègue que cette femme, avec qui il entretiendrait une relation très intime, lui avait remis Rs 5 000 pour assassiner Anwar Nandoo car elle souhaitait toucher l’argent de l’assurance lui étant dû après son décès. Pour l’heure, Geralda Nandoo, qui dément toute implication, reste en cellule. Elle devrait être à nouveau interrogée la semaine prochaine.