Jeevadessen Chocalingum a été trouvé coupable du meurtre de sa mère Daivannai Chocalingum. Le verdict de culpabilité a été voté hier en Cour d’assises à sept contre deux. L’accusé, en liberté conditionnelle, a été conduit en cellule policière. Sa sentence sera connue lundi. 
Accusé du meurtre de sa mère Daivannai, Jeevadessen Chocalingum a comparu pendant plus de deux semaines devant la Cour d’assises. À 18 h 11 hier, le jury s’est présenté devant le juge Eddy Balancy pour lui indiquer qu’il avait finalement pu prendre une décision. Trois minutes plus tard, un juré a annoncé le verdict à la cour : l’accusé a été trouvé coupable dans le procès que lui a intenté le Directeur des poursuites publiques (DPP) pour l’assassinat de sa mère à son domicile à Pamplemousses. Le prévenu, qui a plaidé non-coupable, nie toujours en bloc les accusations logées contre lui par son complice présumé Madunlall Noyan alias Suraj.
Après un long discours du juge Eddy Balancy pour lui expliquer comment analyser les preuves, le jury s’était retiré pour délibérer sur l’avenir de Sen Chocalingum. La cour a expliqué aux jurés que l’accusé avait usé de son droit de garder le silence tout au long du procès. Il a toutefois soutenu que ce n’était pas une raison pour croire que le prévenu est coupable. Le juge Balancy a rappelé que la législation mauricienne sur les cas criminels stipule que c’est à la poursuite de prouver que l’accusé est coupable « beyond reasonable doubt ».
Le jury a dû établir plusieurs faits pour reconnaître Sen Chocalingum coupable d’assassinat, notamment si l’accusé a commis des actes de violences délibérées sur la victime alors qu’elle était toujours en vie, si cela a entraîné sa mort, s’il y a eu intention de tuer et si l’acte a été prémédité.
Le meurtre a été commis dans la nuit du vendredi au samedi 24 février 2007 au domicile de Daivannai Chocalingum alors âgée de 73 ans. Cette habitante de Pamplemousses a, selon le médecin légiste Dr Satish Boolell, été étranglée par son agresseur. L’enquête policière menée par les limiers de la Major Crimes Investigation Team (MCIT) sous la supervision du Chief inspector Gérard et Detective inspector Johkoo, a mené à l’arrestation de Madunlall Noyan et de Sen Chocalingum. Lors de l’enquête, le nom d’un certain « Salvesh » a été évoqué. La MCIT n’a pas trouvé de lien entre le meurtre et lui.
Madunlall Noyan, complice présumé de Sen Chocalingum, a été traduit devant l’instance criminelle de la Cour suprême en juin et a été condamné à 15 ans de servitude pénale par la juge Saheeda Peeroo. Madunlall Noyan, représenté par Me Banji Soni, a vu sa charge initiale d’assassinat requalifier en manslaughter sous l’article 215 du Code criminel par la poursuite après avoir plaidé coupable. Il a toutefois avancé qu’il avait seulement aidé à immobiliser la victime en lui tenant les pieds.
Les avocats de Sen Chocalingum sont Mes Bala Padiachy et Avineshwur Dayal. Le ministère public est représenté par Mes Mohana Naidoo (Assistant DPP) et Abdool Raheem Tajoodeen (State Counsel). La sentence sera prononcée lundi.