Le procès intenté à Yavinash Luchmun pour le meurtre de la petite Drishtee Jeetoo, âgée de trois ans au moment des faits et fille de sa concubine, a été appelé aux Assises ce matin devant le juge Benjamin Marie-Joseph. Son homme de loi, Me Deepak Rutnah, avait, lors de la dernière audience, logé une demande pour que les conditions de sa remise en liberté conditionnelle par rapport aux horaires de reporting soient revues. Le bureau du DPP, représenté par Me Nadiyah Jeewa, a informé la Cour que sa demande n’a pas été acceptée. Me Deepak devait alors demander au juge d’utiliser sa discrétion pour trancher sur cette affaire. Le juge lui a demandé de loger sa demande auprès de la Bail and Remand Court (BRC) car ce n’est pas lui qui avait imposé les conditions de bail.
Le procès a été fixé du 1er au 11 juin 2015. Me Rutnah avait attiré l’attention du juge sur le fait que bien que son client ait obtenu la liberté conditionnelle devant la BRC, il était difficile pour lui de remplir les conditions par rapport aux heures auxquelles il devait se présenter au poste de police car travaillant dans une boulangerie. Il avait ainsi demandé que son client puisse se présenter une fois par jour au lieu de deux. Le DPP n’a pas accédé à cette demande. Me Deepak devait alors demander au juge d’utiliser sa discrétion pour trancher sur cette affaire. Mais ce dernier lui a demandé de loger sa demande auprès de la BRC car n’ayant pas personnellement imposé les conditions de bail. Le juge lui a fait comprendre qu’il pourra aussi loger sa demande devant la Cour suprême.
Yavinash Lutchmun est accusé d’avoir frappé à mort Drishtee Jeetoo, la fille de sa concubine, dans la soirée du 14 décembre 2010 à Rivière-des-Anguilles. L’accusé avait fait la connaissance de la mère de la victime en mars 2010. Quelques semaines plus tard, ils avaient contracté un mariage religieux. Le couple a commencé à vivre sous le même toit, en compagnie de Drishtee Jeetoo, qui est issue du premier mariage de sa mère. Malgré son jeune âge, cette dernière était souvent victime de la violence de son beau-père. Le jour du drame, l’accusé a frappé l’enfant car elle ne cessait de pleurer. À force de recevoir des coups, la petite s’est alors écroulée. Paniqué, son beau-père l’a emmenée à l’hôpital, mais la victime devait rendre l’âme en cours de route. Dans un premier temps, Yavinash Luchmun avait déclaré à la police que la victime avait « fait une chute ». Mais le rapport d’autopsie, rédigé par le Dr Sudesh Kumar Gungadin, avait attribué le décès à une rupture du foie. Le médecin a également relevé des plaies et ecchymoses sur le corps de la fillette.