Chansela Perrine en médaillon

Dans l’affaire du meurtre de Chansela Perrine, survenu le 20 août dernier à Citron-Donis, quatre suspects, deux femmes et deux hommes – habitant “Roseaux” et “Dans Coco” –, ont été interpellés à leur domicile le 1er septembre aux alentours de 14h. Ils font l’objet de deux chefs d’accusation. La police leur reproche d’avoir aidé le fugitif, en cavale depuis le meurtre, et les accuse de complot. Ils ont comparu au tribunal de Port-Mathurin devant le magistrat Daniel Dangeot ce 2 septembre aux alentours de 12h30. La police ayant objecté à leur remise en liberté, ils ont été reconduits en cellule policière en attendant leur prochaine comparution, prévue le 6 septembre prochain. Malgré les rumeurs qui circulent, aucun suspect n’a encore avoué les faits reprochés.

Les proches des accusés étaient très remontés devant le tribunal. Une foule considérable, constituée de proches et de curieux, s’était massée aux abords de la route devant le tribunal afin de venir aux nouvelles. « Zot pa finn fer narnien nek inn vinn aret zot. Enn sa de madam-la malad. Seki lapolis bizin arete li pa arete, li aret enn bann pov inosan ki pa finn fer narnien. Ti trouv enn sak, lerla nou finn telefonn lapolis. Zot inn vinn sers sak-la. Nou finn kolabore ek lapolis. Aster pe gagn problem akoz sa ek ladan ena enn maman ek enn papa ki finn gagn arete ek zot ena zanfan. Sa bann zanfan-la finn tromatize, pa finn resi al lekol gramatin. Letan lapolis vini zot zour gro gro zoure, koumadir zot pe koz ek zanimo. Bann zanfan nek kasiet dan enn kwin plore, ape tranble. Pa enn manier sa. Prefer pa ti dir lapolis narnien. Mo demann mwa si zot panse ki zot osi zot ena fami », a déclaré un parent avant l’arrivée des accusés.

À leur arrivée en cour, les forces de l’ordre ont dû faire passer les accusés par une porte dérobée afin qu’ils puissent gagner le tribunal en évitant tout dérapage. Les grilles métalliques de l’entrée du tribunal avaient été fermées. À leur sortie du tribunal, par le même accès, les proches n’ont pas pu parler aux accusés. Certains ont même fondu en larmes. S’adressant aux policiers, une proche s’est écriée : « Zot pena leker. Sa madam-la malad. Zot pa finn touye okenn dimounn zot. Zot pa finn aid okenn personn. Nek pe fer dominer ek zot akoz zot pa ankor gagn kriminel-la. » Et s’adressant aux accusés, elle a crié : « Rest for, zot bizin tenir lekou. Bondie gran. Zot inosan, zot pa inn fer narnien zot. Reste for ! »

Pour rappel, Chansela Perrine a été poignardée à mort le 20 août dernier par Jean Maurice Collet, alias Jean Noël, le père de ses trois enfants en bas âge. Atteinte en plein cœur, elle avait déjà rendu l’âme à son arrivée à l’hôpital de Crève-Cœur. Le suspect, lui, a pris la fuite juste après avoir commis son forfait. À ce jour, malgré la forte mobilisation et les recherches, nuit et jour, le fugitif court toujours. Depuis, la peur s’est installée au sein de la population locale.