Louis Axel Mathieu Victor (22 ans), accusé par la police d’avoir agressé Jean Christophe Murthen (55 ans), a déclaré aux enquêteurs avoir donné « deux coups de poing » à la victime, car « linn desann so kalson devan mo mama ». Au cours d’un interrogatoire hier, le jeune homme avance qu’il était « très en colère » quand sa mère lui a raconté ce qui s’était passé le 24 février.

La police est en présence de diverses informations sur les circonstances de ce crime car, avant de mourir, le quinquagénaire s’est confié à un policier, déclarant que des individus l’auraient attaqué près d’un guichet automatique à Flic-en-Flac pour lui voler son argent. Sur son lit d’hôpital, la victime a par la suite donné une deuxième version, avançant qu’il connaissait la mère du suspect à qui il aurait donné de l’argent.

Néanmoins, la victime a refusé de donner une déposition formelle en soutenant qu’il ne se sentait pas bien et qu’il le ferait plus tard. Cependant, il a succombé à ses blessures samedi après-midi à l’hôpital Victoria. De son côté, Alex Victor a nié connaître Jean Christophe Murthen avant l’agression. Sa mère a également été entendue par la police où elle a déclaré qu’elle se rendait au travail vers 6h le 24 février, quand il a aperçu un homme à l’allure louche dans la rue. Ce dernier aurait baissé son pantalon et aurait exhibé ses parties intimes. Elle a pris peur et s’est ruée chez elle pour tout raconter à son fils qui a alors frappé Jean Christophe Murthen.

Par la suite, elle s’est rendue à la police qui a alors interpellé le quinquagénaire. Comme la mère de la victime a eu une crise d’asthme, elle n’a pu donner des détails sur l’incident, tandis que la victime est restée silencieuse. Vu les blessures qu’il portait, la police avait invité le quinquagénaire à déposer une plainte, mais il a refusé. Il est rentré chez lui vu qu’aucune déposition pour acte indécent n’avait été logée contre lui.

Le lendemain, la police s’est rendue au domicile de Jean Christophe Murthen, où elle l’a trouvé agonisant sur le lit. Il a été emmené à l’hôpital Victoria, où, en deux occasions, un policier l’a visité pour enregistrer sa version des faits. Mais il s’est contenté d’une déclaration verbale et, finalement, il est décédé samedi. L’autopsie a attribué sa mort à une “intra cerebral injury”.

Louis Axel Mathieu Victor a été arrêté et inculpé sous une accusation provisoire de meurtre au tribunal de Bambous hier. Il demeure en détention préventive et a déclaré aux enquêteurs « n’avoir pas eu l’intention de tuer la victime », mais seulement de lui donner « une correction ». Sauf que la police tente de comprendre comment « deux coups de poing » qu’il aurait donnés à Jean Christophe Murthen ont pu provoquer de graves blessures.

Les enquêteurs attendent le rapport d’autopsie du médecin légiste à ce sujet, d’autant plus que le Scene Of Crime Office a pris possession de certains vêtements du quinquagénaire, qui étaient tachés de sang. En plus, la police compte questionner les voisins de Jean Christophe Murthen au morcellement Bismic, Flic-en-Flac, pour savoir quelles sont les personnes qu’il avait l’habitude de fréquenter. D’autres éléments pourraient surgir dans cette affaire dans les prochains jours.

La mère d’Axel Victor : « Mo garson inosan »

Répondant au Mauricien, la mère d’Axel Victor est catégorique : « Mo garson inosan. Li enn bon garson e zame li gagn zafer ek lapolis. » Elle s’est toutefois refusé à donner des détails sur les circonstances de cette agression. Ses proches avancent qu’elle ne connaît pas Jean Christophe Muthen et devait rejeter la déclaration du quinquagénaire à l’effet qu’il lui donnait de l’argent. « Li pa konn sa boug-la », disent-ils.