Une nouvelle fois hier en Cour de district de Pamplemousses dans le cadre de l’enquête préliminaire sur le meurtre de Denis Fine, le témoin Christophe Legrand a allégué avoir été contraint à signer des dépositions. Les travaux reprendront demain devant la magistrate Maryse Kala-Panglose.
Lors de la précédente audition, mardi, l’avocat de Westley Badoodeenkhan, Me Alvin Juwaheer, avait débuté l’interrogatoire de Christophe Legrand en le questionnant sur les deux premières dépositions qu’il a signées au bureau de la Major Crimes Investigation Team (MCIT). Le témoin s’est dit satisfait de sa première déposition car elle a été faite en présente de son avocate. Il a toutefois déclaré ne pas être satisfait des autres statements qu’on lui aurait fait signer en l’absence de sa conseillère légale. Répondant aux questions de Me Juwaheer, il a soutenu qu’il voulait que son avocate soit là mais que des limiers de la MCIT lui auraient dit : « Avoka so ler dormi la… Ek ki twa to ler gayn bate la ! »
La magistrate Maryse Kala-Panglose a demandé au témoin s’il pouvait lire. Celui-ci a répondu par la négative. Me Juwaheer lui a aussi demandé s’il y a un officier de la MCIT qui lui a permis de parler à son avocat au téléphone. Christophe Legrand devait répondre que non.
Me Alvin Juwaheer a lu une partie d’un des huit statements de Christophe Legrand. « Azordi mo finn koz avek mo avoka ek la lapolis inn fer li kone ki lanket ki mo finn donn lapolis le 9 avril 2010 (…) et mo avoka inn dir mwa ki mo kapav donn mo lanket par mo mem. »
Me Juwaheer : Ki ou ena pou dir la Cour lor la ?
Christophe Legrand : Kan ti bat mwa inn dir mwa pa bizin fer complaint avek mo avoka… Kan li vinn guet mwa dan cell osi dir li lanket la bon sinon pou retouf mwa dan touk la…
Me Juwaheer : Donk ankor enn fwa ou finn per ek ou finn sinie ?
Christophe Legrand : Wi… Kan avoka pa la tou lanket zot inn fer mwa sinie san lir devan mwa…
Mardi, Christophe Legrand a allégué qu’un officier de la MCIT lui avait tenu les pieds et qu’il avait la tête dans un seau rempli d’urine mélangée à de l’eau. Me Juwaheer s’est référé à une autre déposition signée par le témoin où celui-ci aurait déclaré : « Mo pa finn koz tou laverite dan lanket ki mo finn done vendredi 7 avril 2010 parski mo ti pe per Polocco (…) Mo finn deside mo rakont tou laverite ek met mwa serye net… »
Me Juwaheer : Sa parol la ou ti dir sa ?
Christophe Legrand : Premie fwa mo pe tande sa… A partir deziem lanket kot mo ti gayn trape Curepipe la mo inn zis sinie sinon mo ti pou gayn bate… Ti fer santaz ek mwa pou mo sinie !
Dans une déclaration datée du 9 avril 2010, le témoin aurait dit : « Mo ti dan Trou-d’Eau-Douce ensam avek Batman (Gino Robertson) dan la cour kan monn trouv ban ofisie MCIT finn vini. La mo finn rod pou sove ek mo finn rant dan enn bwa (…) Bann ofisie MCIT finn galoup deryer mwa ek kan zot finn resi trap mwa mo finn lit avek zot. Mo finn zet mo lekor plizier fwa (…) Mo pa finn blese mais mo pe senti impe douler dan mo lazam goss. » Christophe Legrand a ensuite affirmé qu’il entend ces mots pour la première fois. « Zame monn galoupe… Zot inn trap mwa par ledo inn met mwa dan loto », a-t-il soutenu.
« Zot fer mwa aprann lanket par ker »
Christophe Legrand a avancé qu’une « wardress de la MCIT ti pe pass glason lor mwa ». Il a aussi déclaré qu’il crachait du sang pendant qu’il était emmené à sa cellule à Pointe-aux-Canonniers.
Me Alvin Juwaheer a lu plusieurs extraits des dépositions de Christophe Legrand. Ce dernier a maintenu ne rien savoir des dépositions et qu’il les a seulement signées. « Zame mo pa finn koz sa ! » a soutenu le témoin de la défense. Suite à son arrestation la police a logé une charge de conspiracy to murder Denis Fine contre Christophe Legrand. Il a affirmé que Gino Robertson et lui-même ont été victimes de chantage pour signer des dépositions qui n’étaient pas les leurs.
Christophe Legrand a allégué que deux officiers de la MCIT lui rendaient souvent visite quand il était en liberté conditionnelle pour lui faire « réviser des statements ». Il a avancé qu’il subissait des coups quand il ne pouvait pas retenir les dépositions. « Ena fwa zot vinn kot mwa… Zot fer mwa reviz seki mo ti sinie… Zot ti dir mwa si mo pa aksepte zot pou fer mwa asiz lor sarz la mem… Zot fer lanket la vinn enn liv zistwar », a-t-il déclaré devant la Cour. Christophe Legrand a souligné que s’il ne se souvenait pas des dépositions, il recevait des coups des officiers.
« Si mo pa dir ki Polocco kinn fer sa case la mo pou gayn bate », a souligné le témoin. La magistrate Maryse Kala-Panglose a demandé à Christophe Legrand où les deux membres de la MCIT l’avaient emmené pour le tabasser. Il a expliqué que la plupart du temps c’était à Pamplemousses et une fois près de Casela.
Me Juwaheer : Ou ti gayn caution apre kinn aret ou ?
Christophe Legrand : Oui zot ti dir mwa mo pou gayn enn ti caution si mo aksepte sa offre zot pe fer mwa la…
Me Juwaheer : Ki offre sa ?
Christophe Legrand : Kan bizin sinie pou sinie…
Rappelons que l’enquête préliminaire a été intentée par le Directeur des Poursuites publiques (DPP) dans le cadre du meurtre de Denis Fine, un Mauricien établi en France, alors qu’il était en vacances à Maurice le 3 janvier 2010. Patrick Steeve Prinslet Serret, alias Polocco, répond à une accusation de murder alors que les trois autres prévenus, Westley Badoodeenkhan (alias Toto), Gino Robertson (alias Batman) et Sada Curpen, sont accusés de conspiracy to commit murder. Mes Rama Valayden et Rouben Mooroongapillay assurent la défense du meurtrier présumé. Mes Alwin Juwaheer, Assad Peeroo et Raouf Gulbul représentent respectivement Westley Badoodeenkhan, Gino Robertson et Sada Curpen. Le parquet est représenté par Mes Vinod Rammaya et Soonildutt Thannoo.