Pendant presque une heure à la mi-journée, Raj Theekoy, Star Witness dans l’enquête préliminaire sur le meurtre de Michaela Harte (27 ans), a tenu la salle d’audience en haleine avec son récit des événements du 10 janvier dernier au Legends Hotel à Grand-Gaube. Il a révélé à la Cour présidée par la Senior Magistrate Sheila Bonomally qu’il a entendu la victime pousser des cris plaintifs en trois occasions à l’intérieur de la chambre 1025 « at the material time of the murder ». Raj Theekoy ajoute qu’il a aperçu les deux accusés Avinash Treebhowoon et Sandip Moneea dans les parages de cette même chambre quelques minutes après.
Me Mehdhi Choony, du State Law Office, a annoncé à la Cour que Raj Theekoy bénéficie de l’immunité totale du Directeur des Poursuites publiques pour son témoignage dans l’enquête visant à élucider le meurtre de cette jeune Irlandaise, venue passer sa lune de miel à Maurice en début d’année.
« Mo inn tend enn lavwa enn madam. Sa lavwa ti pe sorti depi lasam 1025. Se enn lavwa ki ti pe krie », a révélé Raj Theekoy au plus fort de son témoignage en Cour à la reprise de l’enquête préliminaire devant le tribunal de Mapou. Répondant aux questions de l’avocat du ministère Public, le témoin a fait part de ce qu’il a cru comprendre de ce qui s’est passé et de sa rencontre avec Avinash Treebhowoon et Sandip Moneea quelques minutes après dans les parages de la chambre 1005.
« Ha ! » devait crier à haute voix Raj Theekoy pour reproduire en Cour le cri qu’il a entendu émanant de la chambre 1025 cet après-midi du 10 janvier. « Mo inn tend sa krie-la trwa fwa. Letan mo inn tend sa krie-la, mo inn gagn peur. Parski premie fwa mo inn tend enn lavwa koumsa. Mo inn paniké », a-t-il poursuivi en réponse aux questions du State Law Officer.
« Mo inn pensé enn misie ek enn madam ti pe laguerre », devait confier Raj Theekoy pour faire état de ses impressions de ce qu’il avait entendu. Il était environ 14 h 45. Il s’est ensuite dirigé vers la chambre 1021 en vue de mieux suivre les séquences subséquentes.
Auparavant, Raj Theekoy a fait la chronologie de sa journée de travail du 10 janvier. Son passage dans les parages de la chambre 1025 s’explique par le fait qu’une heure auparavant, Avinash Treebhowoon était venu le voir dans la chambre 1012 pour lui faire part du fait que la chambre 1025 était occupée et qu’il ne pouvait procéder au nettoyage. Ils furent rejoints par Sandip Moneea, qui avait téléphoné à la chambre 1025 pour des vérifications.
« Je suis allé à la rencontre d’Avinash Treebhowoon après avoir nettoyé les chambres 1012 et 1011. Je savais qu’Avinash Treebhowoon se trouvait dans la chambre 1025. Il devait être vers les 14 h 45 », a fait ressortir le Star Witness.
« Letan mo inn ariv kot lasam-là mo pa inn trouv nanyen ; nek mo inn tende kiksoz », a ajouté Raj Theekoy en guise d’introduction à la partie du récit portant sur ce qu’il a entendu de la chambre 1025.
Après s’être retiré des environs de la chambre 1025, Raj Theekoy devait être témoin d’une autre scène déterminante pour l’enquête. « Enn 5/6 minutes inn passé. Mo inn trouv bann dimounn. Mo pas inn trouv zot sorti depi lasam. Mo inn trouv deux dimounn ki ti a peu près 2 pieds avek laport 1025 », s’appesantit le témoin en révélant l’identité de ces deux personnes, en l’occurrence Avinash Treebhowoon et Sandip Moneea.
« Mo inn retourn en direksyon lasam 1011. Mo inn trouv Avinash Treebhowoon ek so sario. Mo inn dimand li ki inn arrive dans lasam 1025. Li reponn mwa pa inn ariv nanyen. Li dir mwa larou so sario inn plat e li pe al pompé kot Boathouse. Me kan mo gete so kat larou sario ti bon », dit-il.
Ce n’est qu’après qu’il devait croiser Sandip Moneea. « Li ti paret trakase. Apre monn trouv zot deux ti pe koze. Me mo pa konpran ki zot ti pe dir », déclare-t-il, alors qu’au même moment, il devait voir le directeur de l’hôtel, Bruce Lunot, courir en direction de la chambre 1025.
« A sa moman là, Sandip Moneea inn dir : mo kwar ena enn problem ! A nou al gete », confirme Raj Theekoy. Sandip Moneea, Avinash Treebhowoon, Raj Theekoy ont accompagné le directeur de l’hôtel jusqu’à la chambre 1025. Mais ils sont restés à l’extérieur.
« La porte ti ouver. Nou inn rest en dehors. Mo inn trouv ène lekor anba. Misie Bruce ti pe fer masaz are madame là. Misie là ti pe plore », raconte Raj Theekoy, qui souligne qu’Avinash Treebhowoon et Sandip Moneea se tenaient dans son dos. Quand le directeur de l’hôtel a demandé aux employés de se retirer, le trio s’est tenu sur le gazon.
À ce moment précis, Raj Theekoy devait reprendre la précédente conversation inachevée. « Taler la mo inn dimand twa ki inn arrivé, to inn dire mwa pa inn ariv nanyen. Lerla Avinash inn reponn mwa : “Pa inn ariv nanyen ! Rest trankil”. Sandip pa inn dire nanyen. Lerla mo inn dir Avinash : “Sa ki été sa ?” »
Sandip Moneea est alors intervenu avec la menace à Raj Theekoy : « Rest trankil ! Si to ouver to labous, mo ris twa ladan ».
Le Star Witness a pris peur de cette menace. Il a quitté les lieux vers 16 h pour rentrer chez lui. Il fut interpellé par la police le 11 janvier. Mais, le 12 janvier, il devait passer aux aveux de son propre gré.
Le contre-interrogatoire de Raj Theekoy devait reprendre en cours d’après-midi.