Cinq policiers seront interrogés « under warning » ce lundi 16 septembre dans le cadre du meurtre de Shabneez Mohamud. Cette dernière a été tuée à son domicile à Bel-Air Rivière Sèche le 10 septembre dernier. Son époux est le principal suspect dans cette affaire. Les deux fils de la victime se sont présentés au poste de police de Bel-Air Rivière-Sèche ce matin-là pour chercher de l’aide, car, disent-ils, leur mère se faisait agresser par leur père. Il regrette cependant qu’ils aient dû attendre plus d’une heure avant que la police ne se rendre à leur domicile. Leur mère était déjà morte à l’arrivée des policiers sur place. Une affaire prise très au sérieux du côté des Casernes centrales.

Pour rappel, Bibi Shabneez Mohamud (33 ans), née Ahamudlly, aurait été étranglée par son époux Nasruddin Mohamud (38 ans) le 10 septembre. Le drame s’est déroulé devant les deux enfants du couple, qui ont tenté de venir en aide à la victime. Mais fou de rage, le suspect n’aurait pas hésité à assener un violent coup de poing au visage de son fils aîné de 14 ans, qui voulait le dénoncer à la police. Les fils sont quand même parvenus à se rendre au poste de police. Cependant, à l’arrivée des policiers, Shabneez Mohamud avait déjà rendu l’âme. Les enfants affirment que s’ils avaient été pris au sérieux plus tôt, leur mère serait peut-être toujours en vie.

Une enquête a donc été initiée pour faire la lumière sur ce qui s’est passé au poste de police à l’arrivée des enfants âgés de 10 et 14 ans. Ils ont déjà été interrogés en présence de leur oncle. Cinq policiers en poste ce jour-là ont été transférés vers d’autres unités, interrogés une première fois et seront de nouveau interrogés ce lundi par la CID de Moka.

Lire plus d’informations dans l’édition papier du journal Le Mauricien du lundi 16 septembre.