Cour suprême

Oumesh Bhayraw avait avoué avoir poignardé son épouse, Ashna Bhayraw, devant deux de ses enfants le 2 mai 2018 à son domicile, à Vallée-Pitot. Le Directeur des poursuites publiques a déposé l’acte d’accusation formelle devant la Cour suprême et l’époux sera poursuivi devant les Assises sous une charge de “manslaughter”.

Son procès débute le 26 février et 23 témoins ont été assignés, dont les proches de la jeune femme.

Rappelons que, durant son interrogatoire, Oumesh Bhayraw a avoué avoir poignardé son épouse, Ashna Bhayraw, devant deux de ses enfants, le troisième s’étant rendu à l’école. Le quadragénaire était passé aux aveux après son arrestation en indiquant avoir tué son épouse « akoz li ti pe fer lagel ar mwa ».

Oumesh Bhayraw est connu pour son sale caractère. Il n’hésitait pas à maltraiter physiquement la mère de ses trois enfants, raison pour laquelle cette dernière avait sollicité la cour pour l’obtention d’un “interim protection order” le 3 avril 2018.

Après la vive dispute que le couple avait eue le jour du drame, Ashna Bhayraw avait sollicité l’aide de la police, qui s’était rendue sur place.

Mère de famille.

Selon des renseignements obtenus auprès de ses proches, elle n’avait pas souhaité porter plainte contre son mari dans l’immédiat, étant donné qu’il allait être arrêté. « Li dir nou so mari fek al fer prizon », avait confié un policier, qui s’était rendue sur place.

En effet, Oumesh Bhayraw avait passé 18 mois en prison et avait retrouvé la liberté en novembre 2016 pour une affaire de possession d’objets volés.

Toutefois, cette décision allait être fatale pour elle puisque, après le départ de la police, le quadragénaire était revenu à la charge et aurait tué son épouse.

Après son geste, il avait laissé Ashna Bhayraw à terre vidant de son sang et devait mettre la clé dans la maison avant de partir. La police avait dû défoncer la porte d’entrée pour avoir accès à l’intérieur.

L’autopsie du Dr Maxwell Monvoisin avait attribué le décès de la trentenaire à un « stab wound to the chest ». La victime était mère de trois enfants âgés de neuf ans, trois ans et six mois.