Dharmanand Ruttan, dans l’enceinte du poste de police de Montagne-Blanche en mars 2007, sera en liberté conditionnelle à partir d’aujourd’hui. Il a eu à fournir deux cautions de Rs 100 000 et à signer une reconnaissance de dettes de Rs 500 000. Entre-temps, la défense, représentée par Me Sanjeev Teeluckdharry, a logé une nouvelle motion en cour, contestant la liste des jurés. La juge rendra sa décision à une date ultérieure.
Indraduth Mohit, un bijoutier de 33 ans, habitant Sébastopol, aurait mortellement poignardé Dharmanand Ruttan le 11 mars 2007 lors d’une altercation dans l’enceinte du poste de police de Montagne-Blanche. La victime, 49 ans, comptait dénoncer deux frères qu’il soupçonnait d’avoir incendié son véhicule. Selon la police, Indraduth Mohit, accompagné d’autres personnes, a débarqué dans un 4×4 dans la cour du poste de police avant de s’approcher de Dharmanand Ruttan et de le poignarder à l’abdomen. Cette histoire aurait pour toile de fond un différend sur la relation entre la fille de Dharmanand Ruttan, Pooja, et le frère de l’accusé, Kishan Mohit. Indraduth Mohit a plaidé non coupable. Environ une trentaine de témoins ont été assignés pour ce procès.
Le procès avait dû être arrêté précédemment à cause du désistement d’un juré, diagnostiqué avec des troubles mentaux. Le juge Prithviraj Fekna avait de ce fait ordonné qu’un nouveau panel de jurés soit constitué et qu’un nouveau juge prenne sa place. C’est désormais la juge Aruna Devi Narain qui présidera ce procès. Quant au nouveau panel des jurés, la défense a logé une nouvelle motion en cour, contestant la liste des personnes pressenties pour faire partie des jurés. Me Sanjeev Teeluckdharry a indiqué que cette liste n’est pas une représentation équitable des divers segments de la population. Il devait aussi préconiser un panel de 12 jurés, au lieu de 9, pour des cas de “manslaughter” comme celui-ci. La juge a réservé son “ruling”. Quant à Indraduth Mohit, outre les deux cautions et la reconnaissance de dettes à s’acquitter, il devra se présenter au poste de police de Rivière-du-Rempart deux fois par jour entre 6h et 18h et ne devra pas entrer en contact avec les témoins et les potentiels jurés.