Le procès intenté à Indraduth Mohit pour le meurtre de Dharmanand Ruttan s’est poursuivi devant les Assises hier. Le juge Benjamin Marie-Joseph n’a pas accédé à la motion de la défense demandant à la Poursuite de divulguer les « unused materials » dont des Diary Book Entries des postes de police de Moka et de Montagne-Blanche.
La poursuite, représentée par Me Shakeel Bhoyroo, a déjà fait part de sa liste de témoins et a demandé à la défense d’en faire de même. Me Sanjeev Teeluckdharry, l’avocat de la défense, a alors fait comprendre qu’il étudie l’option de loger une motion de no case to answer dépendant de la tournure que prendra le procès. L’audience s’est poursuivie avec l’opening speech de la Poursuite.
La cour a finalisé lundi la liste des jurés, sept hommes et deux femmes. Me Sanjeev Teeluckdharry avait alors logé une motion pour la communication des « unused materials » afin qu’il puisse préparer la défense. Il avait, entre autres, évoqué les droits de son client à bénéficier d’un procès équitable. Le juge a cependant rejeté la motion, indiquant que bien que la poursuite est dans l’obligation de communiquer tous les documents pertinents à un procès, dans ce cas la Cour ne peut l’obliger à le faire, car la poursuite n’est pas en présence de ces documents. Me Bhoyroo devait alors demander à la défense d’informer la Cour si elle compte appeler des témoins.
Me Teeluckdharry a fait savoir qu’à ce stade, il ne pourra se prononcer, car, dépendant de la tournure que prendra le procès, il pourrait loger une motion de no case to answer. La poursuite a alors soutenu qu’elle pourrait objecter à sa liste de témoins éventuellement. Me Shakeel Bhoyroo a par ailleurs présenté son opening speech au panel des jurés. Il leur a rappelé la tâche importante qui les attend dans cette affaire afin de s’assurer que justice soit faite. Il a attiré l’attention des jurés sur le fait qu’ils sont appelés à se baser uniquement sur les témoignages et faits qui seront présentés en Cour et qu’il leur revient d’apprécier toutes preuves qui seront mises à jour dans cette cour. Me Bhoyroo est par la suite revenu sur les circonstances de ce crime.
Indraduth Mohit, habitant Sébastopol, a mortellement poignardé Dharmanand Ruttan le 11 mars 2007 lors d’une altercation dans l’enceinte du poste de police de Montagne-Blanche. La victime, 49 ans, comptait dénoncer deux frères qu’elle soupçonnait d’avoir incendié son véhicule. Selon la police, Indraduth Mohit, accompagné d’autres personnes, a débarqué dans un 4×4 dans la cour du poste avant de s’approcher de Dharmanand Ruttan et de le poignarder à l’abdomen. Cette histoire aurait pour toile de fond un différend sur la relation entre la fille de Dharmanand Ruttan, Pooja, et Kishan Mohit. À la police, il avait expliqué que la victime avait agressé sa mère et lui-même, et qu’il avait porté plainte. Depuis cet incident, Dharmanand Ruttan n’aurait cessé d’importuner sa famille. Ce jour-là, alors que l’accusé devait apprendre que le véhicule de Dharmanand Ruttan avait été incendié, il aurait téléphoné à son frère, Kishan Mohit, pour lui demander de rentrer à la maison de peur que Dharmanand Ruttan ne vienne lui chercher noise. Il venait à peine de rentrer chez lui quand la police serait venue arrêter son frère, soupçonné d’avoir incendié le véhicule de la victime. Lorsque Indraduth Mohit est arrivé au poste de police de Montagne-Blanche en compagnie de deux autres personnes, une foule qui s’était déjà regroupée dans la cour se serait approchée d’eux et aurait commencé à les agresser. Il s’était alors saisi du couteau de son ami et l’aurait lancé vers Dharmanand Ruttan pour se défendre.