Le procès intenté à Indraduth Mohit pour le meurtre de Dharmanand Ruttan s’est poursuivi avec l’audition des témoins devant les Assises hier. Appelé à la barre, le Detective Inspector Lollmun, un des enquêteurs dans cette affaire, a été longuement contre-interrogé par l’avocat de la Poursuite, Me Sanjeev Teeluckdharry. Il a été confronté à une entrée dans le “diary book” du poste de police de Montagne-Blanche selon laquelle l’arme du crime, le couteau utilisé pour poignarder Dharmanand Ruttan, se trouvait dans le 4×4 de l’accusé et non sur lui. Le véhicule, selon les plans de la police, ne se trouvait pas très loin du lieu du crime.
Le DI Lollmun avait supervisé l’exercice de reconstitution des faits et avait donné des directives pour prendre des photos du lieu du crime et dresser des plans de la police. Lors de l’interrogatoire mené par le représentant de la Poursuite, Me Akhil Randahen, le témoin avait confirmé que la reconstitution des faits avait eu lieu le 20 mars 2007 dans l’enceinte du poste de police de Montagne-Blanche. Il a identifié les photos prises ainsi que les plans. Lors du contre-interrogatoire mené par Me Teeluckdharry, le témoin devait, à plusieurs reprises, indiquer qu’il ne se « souvenait plus des détails » et que son rôle dans l’enquête était limité à la reconstitution des faits. Les questions de la défense ont par ailleurs suscité plusieurs fois des objections de la part de la Poursuite, qui devait faire comprendre à la Cour que le témoin ne pouvait répondre puisqu’il n’était pas impliqué dans toute l’enquête.
Me Teeluckdharry a demandé au témoin si la poursuite avait fait une demande pour obtenir certaines “diary book entries”. Le témoin devait répondre qu’il n’était pas au courant d’une telle requête. L’avocat de la défense est par ailleurs revenu sur la chronologie des événements. Il en ressort que le frère de l’accusé avait été arrêté sous la charge de “arson” (incendie criminel) car il était accusé d’avoir mis le feu au van de la victime. Me Teeluckdharry a souligné qu’en 2013, cette charge a été rayée en Cour intermédiaire. L’avocat a demandé au témoin s’il était en mesure de confirmer qu’au moment même où le frère de l’accusé était détenu au poste de police de Montagne-Blanche, Dharmanand Ruttan et ses hommes étaient bien en train de sacager sa maison. Le témoin devait répondre être au courant que « des personnes se trouvaient dans la maison » de l’accusé, sans pouvoir cependant les identifier. Se référant aux photos prises par la police, l’avocat de la défense a fait remarquer que le 4×4 de l’accusé était garé dans l’enceinte du poste de police, non loin où la bagarre avait éclaté entre Dharmanand Ruttan et l’accusé. Le témoin a été confronté à une entrée consignée dans le “diary book” du poste de police de Montagne-Blanche et selon laquelle l’arme du crime, le couteau utilisé pour poignarder Dharmanand Ruttan, se trouvait dans le 4×4 de l’accusé et non sur lui. Il devait aussi faire ressortir qu’à mesure que les deux protagonistes se bagarraient, la foule commençait à s’épaissir.
Indraduth Mohit, habitant Sébastopol, a mortellement poignardé Dharmanand Ruttan le 11 mars 2007 lors d’une altercation dans l’enceinte du poste de police de Montagne-Blanche. La victime, 49 ans, comptait dénoncer deux frères qu’il soupçonnait d’avoir incendié son véhicule. Selon la police, Indraduth Mohit, accompagné d’autres personnes, a débarqué dans un 4×4 dans la cour du poste avant de s’approcher de Dharmanand Ruttan et de le poignarder à l’abdomen. Cette histoire aurait pour toile de fond un différend sur la relation qu’entretenaient la fille de Dharmanand Ruttan, Pooja, et Kishan Mohit. À la police, il avait expliqué que la victime avait agressé sa mère et lui-même, et qu’il avait porté plainte. Depuis cet incident, Dharmanand Ruttan n’aurait cessé d’importuner sa famille. Ce jour-là, alors que l’accusé devait apprendre que le véhicule de Dharmanand Ruttan avait été incendié, il aurait téléphoné à son frère, Kishan Mohit, pour lui demander de rentrer à la maison de peur que Dharmanand Ruttan ne vienne lui chercher noise. Il venait à peine de rentrer chez lui quand la police serait venue arrêter son frère, soupçonné d’avoir incendié le véhicule de la victime. Lorsque Indraduth Mohit est arrivé au poste de police de Montagne-Blanche en compagnie de deux autres personnes, une foule, qui s’était déjà regroupée dans la cour, se serait approchée d’eux et aurait commencé à les agresser. Il s’était alors saisi du couteau de son ami et l’aurait lancé vers Dharmanand Ruttan pour se défendre.