Dans le cadre du procès intenté à Yavinash Lutchmun pour le meurtre de la fille de sa concubine, la petite Drishtee Jeetoo, quatre médecins ont été entendus hier matin avant qu’il ne soit transporté à l’hôpital à la suite d’un malaise. Parmi ces témoins se retrouve le médecin qui avait examiné Drishtee Jeetoo la veille du drame et celui qui l’avait vue et essayé de la réanimer le 14 décembre 2010 quand ses parents l’avaient transportée à l’hôpital de Rose-Belle inconsciente. Le Dr Ackmez Maulabocus, Medical and Health Officer à cet hôpital, a déclaré que la petite fille ne portait aucune blessure récente lorsqu’il l’avait examinée la veille de sa mort.
En 2010, le Dr Maulabocus était posté au département pédiatrique de l’hôpital de Rose-Belle. Le 13 décembre 2010, il avait examiné Drishtee Jeetoo qui était accompagnée de sa mère. Selon le médecin, sa mère voulait qu’elle voie un médecin, car elle se souciait de son changement de comportement depuis quelque temps. Selon le témoin, la mère lui avait expliqué que sa fille parlait moins, ne jouait plus comme auparavant et avait commencé à se ronger ses ongles. Quand le médecin lui avait demandé à quand remontait ce changement de comportement, la mère lui avait fait comprendre que c’est depuis son deuxième mariage et quand elle est venue vivre avec son beau-père. Le médecin avait alors procédé à un examen de routine avant de la référer à un psychologue. En examinant la petite fille, le médecin dit n’avoir remarqué aucune blessure récente. « Elle avait des égratignures sur le corps ce qui est normal pour un petit enfant, mais il n’y avait aucune blessure grave. Elle avait une bonne condition physique et était en bonne santé », a-t-il souligné. Il avait alors référé l’enfant à un psychologue et elle avait rendez-vous dans quelques semaines.
Lors du contre-interrogatoire mené par l’avocat de la défense Me Deepak Rutnah, le témoin a été confronté au fait qu’il n’avait pas pris assez de temps pour examiner l’enfant et que s’il l’avait fait il aurait remarqué qu’elle avait des blessures sur le dos et un peu partout. Le Dr Maulabocus a nié, maintenant qu’il avait examiné la fille comme il fallait et que s’il y avait quelque chose d’anormal il l’aurait remarqué. Par ailleurs, le Dr Waseem Ballam qui avait vu Drishtee Jeetoo à son arrivée à l’hôpital le 14 décembre 2010, soit quelque temps après ce drame, a soutenu que la fille était inconsciente et avait les pupilles dilatées. Elle était déjà morte. Ses parents avaient expliqué au médecin qu’elle était en train de jouer quand elle s’est évanouie. Le médecin affirme avoir essayé tous les moyens pour réanimer la petite fille. Il avait même sollicité l’aide du médecin du SAMU et du pédiatre en fonction à l’hôpital, mais c’était trop tard. Il indique avoir envoyé le corps pour l’examen post-mortem car il n’avait pas pu établir la cause du décès. Confronté lors du contre-interrogatoire au fait qu’il avait pu causer des blessures internes en essayant de réanimer la petite fille, le médecin a répondu qu’aucun médecin n’aurait utilisé autant de force sur un enfant de trois ans pour lui briser les côtes ou blesser d’autres organes internes.
Rappelons que Yavinash Lutchmun, un boulanger de 27 ans habitant Mare-d’Albert est accusé d’avoir frappé à mort Drishtee Jeetoo, la fille de sa concubine, dans la soirée du 14 décembre 2010 à Rivière-des-Anguilles. L’accusé avait fait la connaissance de la mère de la victime en mars 2010. Quelques semaines plus tard, ils avaient contracté un mariage religieux. Le couple a commencé à vivre sous le même toit, en compagnie de Drishtee Jeetoo qui est issue du premier mariage de sa mère. Le rapport d’autopsie, rédigé par le Dr Sudesh Kumar Gungadin, a attribué le décès à une rupture du foie. Le médecin a également relevé des plaies et ecchymoses sur le corps de la fillette. L’accusé ayant plaidé non coupable, le procès se déroule devant le jury.