Le juge Benjamin Marie-Joseph a rejeté la motion de “voir-dire” logée par la défense dans le procès intenté à Yavinash Luchmun pour le meurtre de la fille de sa concubine, Drishtee Jeetoo. Revenant sur les divers témoignages présentés dans le cadre de cette motion, le juge s’est dit convaincu par la version des témoins de la Poursuite selon laquelle Yavinash Lutchmun avait volontairement consigné sa déposition. Le juge a statué que ses dépositions étaient donc admissibles en Cour. Le procès s’est poursuivi devant le jury dans l’après-midi.
Me Rutnah a logé une motion de “voir dire” à l’ouverture du procès pour contester l’admissibilité en Cour de certaines dépositions enregistrées par la police lors de l’arrestation de Yavinash Lutchmun. La défense estimait ainsi qu’il y a suffisamment d’éléments visant à démontrer que Yavinash Lutchmun avait été torturé alors que la Poursuite, elle, maintenait que ses dépositions étaient volontaires. Le juge Benjamin Marie-Joseph a tranché ce matin en faveur de la Poursuite, se disant ainsi « convaincu » par la version des témoins. « I am satisfied with the version that Accused voluntarily gave his statements which are admissible so evidence », a soutenu le juge Benjamin Marie-Joseph. L’avocat de la défense, Me Rutnah, a par la suite fait plusieurs demandes pour la communication de certains documents, notamment les rapports médicaux de la petite fille ainsi que ceux de sa mère. La Poursuite, représentée par Me Asha Ramano-Egan, a pour sa part fait comprendre qu’elle n’était en mesure de communiquer que les documents qui étaient en sa possession. Le procès a repris cet après-midi.
Rappelons que ce boulanger de 27 ans habitant Mare-D’Albert est accusé d’avoir frappé à mort Drishtee Jeetoo, la fille de sa concubine, dans la soirée du 14 décembre 2010 à Rivière-des-Anguilles. L’accusé avait fait la connaissance de la mère de la victime en mars 2010. Quelques semaines plus tard, ils avaient contracté un mariage religieux. Le couple a commencé à vivre sous le même toit, en compagnie de Drishtee Jeetoo, issue du premier mariage de sa mère. Malgré ses trois ans, cette dernière subissait des coups de son beau-père. Le jour du drame, l’accusé a frappé l’enfant car elle ne cessait de pleurer, et ce jusqu’à ce que celle-ci finisse par s’écrouler. Paniqué, son beau-père l’a transportée à l’hôpital, mais la jeune victime devait rendre l’âme en cours de route. Dans un premier temps, Yavinash Luchmun avait déclaré à la police que la petite fille avait fait une chute. Mais le rapport d’autopsie, rédigé par le Dr Sudesh Kumar Gungadin, a attribué le décès à une rupture du foie. Le médecin a également relevé des plaies et ecchymoses sur le corps de la fillette.