Poursuivis pour le meurtre du directeur du musée de Mahébourg, Sunil Nosib, poignardé au coeur en 2009, Murugan Goindanappa et son complice Nivesh Gowreedoss ont comparu devant la Cour d’assises hier. Pour la deuxième fois consécutive, leur homme de loi était absent. Nivesh Gowreedoss a fait savoir au juge que son avocat qui était commis d’office lui a rendu visite une seule fois et qu’il ne l’a plus revu après. Face à cette situation, la Cour a insisté pour que l’homme de loi soit présent lors de la prochaine séance, qui a été fixée au 25 juin.
Pour la deuxième fois consécutive, les accusés étaient sans avocat hier. Le juge et l’avocat du parquet Me Shakeel Bhoyroo ont attendu plus d’une heure l’arrivée de l’avocat de la défense qui ne s’est finalement pas pointé. Nivesh Gowreedoss devait expliquer à la cour que son avocat n’est venu le voir qu’une seule fois à la prison et qu’il ne l’a pas revu après. Le juge lui a alors demandé de faire les démarches pour que son homme de loi soit présent lors de la prochaine séance, qui a été fixée au 25 juin.
Cette affaire remonte à mai 2009. Sunil Nosib, directeur du musée de Mahébourg, était porté manquant depuis le 22 mai. Une entrée avait été consignée par sa mère au poste de police de Sodnac à cet effet. Le lendemain, une vaste opération policière devait être menée en vue de le retrouver. Le dimanche 24 mai, le véhicule que conduisait la victime était retrouvé à Solférino, à Vacoas. Quatre jours après, soit le 26, la police découvrait le cadavre de Sunil Nosib à La Brasserie. Il portait des blessures sur le corps et le rapport d’autopsie a conclu qu’il avait été poignardé au coeur. La Major Crime Investigation Division, sous la supervision de Yousouf Soopun, avait dans le cadre de l’enquête procédé à l’arrestation de Nivesh Gowreedoss et Murugan Goindanappa, âgés respectivement de 31 et 32 ans, pour le meurtre du directeur du musée de Mahébourg. Dans leurs déclarations à la police, ils avaient indiqué qu’ils connaissaient bien la victime et la rencontraient souvent. Ils ont par la suite avoué avoir tué Sunil Nosib. Ils auraient également essayé de faire des retraits de la carte bancaire de la victime.