L’enquête policière sur le meurtre de Vishal Doorgah, auteur du rapt d’une fillette de huit ans à la veille de la fête Maha Shivaratree, a abordé un nouveau volet dans la matinée avec les treize suspects participant à une reconstitution des faits à Gokhoola. Cette étape s’est déroulée en présence d’une importante mobilisation policière sous la responsabilité de l’assistant commissaire Devanand Reekoye. À l’issue de l’exercice, les suspects devaient comparaître devant le tribunal avec des possibilités que les responsables de l’enquête n’objectent pas à leur remise en liberté sous caution.
Avant le coup de midi, la reconstitution des faits du lynchage du ravisseur de Gokhoola, dans les parages du Morcellement VRS, avait déjà été bouclée avec le 13e suspect complétant les derniers détails de cet exercice. Pour les besoins de cette étape cruciale dans l’enquête policière, menée par les limiers du Central Criminal Investigation Department (CCID), un important effectif de la Scene of Crime Examiners et des photographes de la police a été déployé.
Cette opération d’envergure, qui a débuté vers 9 h 30 ce matin, a permis aux enquêteurs de visualiser le scénario du lynchage du ravisseur Vishal Doorgah le dimanche 10 mars, lorsqu’il a été retrouvé dans un buisson par des habitants et traîné jusqu’en face d’une ancienne boutique avant de faire face à la furie d’une foule hostile armée de fer et de sabres. Tour à tour, les treize suspects, comprenant le constable de police Tekanand Doorgah, devaient expliquer dans les moindres détails où ils se positionnaient lors de l’agression du ravisseur et le rôle qu’ils ont joué.
Toutefois avec la tension palpable à Gokhoola devant la vague d’arrestations ces derniers jours, au moins une centaine d’éléments de la force policière, dont la Special Support Unit, la police régulière, la Criminal Investigation Division de Piton, la Traffic Branch, ont été affectés à Gokhoola depuis ce matin pour le bon déroulement de cette étape. Dans un premier temps, avant même l’arrivée des treize suspects, la police régulière et les éléments de la SSU – armés jusqu’aux dents – devaient quadriller le Morcellement VRS. Avec ce barrage policier, les habitants devaient se retrouver à plusieurs centaines de mètres de l’exercice.
Les responsables du CCID expriment leur satisfaction devant le déroulement de cette reconstitution des faits compte tenu qu’aucun incident n’a été noté contrairement à mercredi soir où les policiers ont eu à faire face à une forte résistance des habitants de Gokhoola lors d’une descente en vue de procéder à d’autres arrestations.
Selon le calendrier de travail qu’ont établi les enquêteurs du CCID, les treize suspects comparaîtront devant la Cour de Mapou en début d’après-midi, soit tout juste après la reconstitution des faits. Selon les recoupements d’informations dans la matinée, il existe une forte probabilité que les suspects recouvrent la liberté conditionnelle. L’enquête se poursuit.