Le procès intenté à Yavinash Luchmun pour le meurtre de la petite Drishtee Jeetoo, la fille de sa concubine âgée de trois ans, s’est ouvert ce matin aux Assises devant le juge Benjamin Marie-Joseph. L’accusé ayant plaidé non coupable, le procès se déroule devant un panel de jurés constitué ce matin. Cinq femmes et quatre hommes ont été désignés. À l’ouverture du procès, Me Deepak Rutnah a logé une motion de “voir-dire” pour contester les dépositions de son client. Après le discours d’ouverture de la Poursuite, représentée par Mes Asha Ramano-Egan et Nadia Dawoodarry-Jeewa, les débats autour de cette motion se sont poursuivis.
Yavinash Lutchmun ayant plaidé coupable de la charge de “manslaughter”, la Cour a procédé à constitution du panel de jurés pour son procès. La liste finalisée, le juge Benjamin Marie-Joseph leur a ensuite expliqué leurs rôles et devoirs tout le long du procès, s’attardant sur le fait qu’ils ne sont pas autorisés à communiquer avec qui que ce soit au sujet de ce procès et qu’ils sont tenus de ne se baser que sur les preuves qui seront présentées. Ces jurés ne seront pas isolés.
Me Rutnah a logé une motion de “voir-dire” pour contester l’admissibilité en cour de certaines dépositions enregistrées par la police lors de l’arrestation de Yavinash Lutchmun. Lors des débats qui avaient été fixés pour l’après-midi, les deux parties se sont référées à un autre procès en vue de déterminer si les preuves de la Poursuite, à savoir des dépositions enregistrées dans les diary books des policiers, sont recevables. À noter que le “voir-dire” est mené en l’absence du jury.
Le prévenu, un boulanger de 27 ans habitant Mare-D’Albert, est accusé d’avoir frappé à mort Drishtee Jeetoo, la fille de sa concubine, dans la soirée du 14 décembre 2010 à Rivière-des-Anguilles. L’accusé avait fait la connaissance de la mère de la victime en mars 2010. Quelques semaines plus tard, ils avaient contracté un mariage religieux. Le couple a commencé à vivre sous le même toit en compagnie de Drishtee Jeetoo, issue du premier mariage de sa mère. Malgré son jeune âge, cette dernière était violentée par son beau-père. Le jour du drame, l’accusé a frappé l’enfant car elle ne cessait de pleurer. À force de recevoir des coups, la petite s’est finalement écroulée. Paniqué, son beau-père l’a transportée à l’hôpital, mais elle devait rendre l’âme en cours de route. Dans un premier temps, Yavinash Luchmun avait déclaré à la police que la petite fille avait fait une chute. Mais le rapport d’autopsie, rédigé par le Dr Sudesh Kumar Gungadin, avait attribué son décès à une rupture du foie. Le médecin avait également relevé des plaies et des ecchymoses sur le corps de la fillette.