Sylvain Alain Brasse a comparu devant les Assises aujourd’hui dans le procès qui lui est intenté pour avoir poignardé Ganeshwar Ragoo, le fils de sa compagne. Me Rouben Mooroongapillay, qui assurait la défense de l’accusé, s’est retiré de l’affaire. Le juge Benjamin Marie Joseph a ainsi désigné Me Satish Faugoo, qui était présent en cour, comme le représentant légal de l’accusé. L’affaire a été ajournée au 28 septembre.
Me Rouben Mooroongapillay, avocat commis d’office pour assurer la défense d’Alain Sylvain Brasse, a logé une motion ce matin devant la cour d’Assises, demandant à se retirer de l’affaire à cause d’un embarras professionnel. Alain Sylvain Brasse n’a pas objecté à la demande de l’avocat. De ce fait, le juge Benjamin Marie Joseph a désigné l’homme de loi Satish Faugoo pour défendre les intérêts de l’accusé. La poursuite est, elle, représentée par Me Pravind Harrah.
Alain Sylvain Brasse, la cinquantaine, est accusé d’avoir agressé mortellement Ganeshwar Ragoo à Triolet, au domicile de sa compagne, où vivait également le défunt. Sylvain Brasse et Ganeshwar Ragoo ne s’entendaient pas et avaient souvent des altercations houleuses, notamment car le défunt était souvent ivre. Le soir des faits allégués, la situation avait très vite dégénéré aux alentours de 21h et Sylvain Brasse a poignardé la victime avec un couteau de cuisine. Ganeshwar Ragoo avait été transporté d’urgence au Sir Seewoosagur Ramgoolam North Hospital où son décès avait été confirmé par les médecins assurant le service de nuit. Entre-temps, Alain Sylvain Brasse s’était constitué prisonnier au poste de police de Triolet avant de passer aux aveux concernant le meurtre de son beau-fils Ganeshwar Ragoo. L’autopsie pratiquée par le Dr Sudesh Kumar Gungadin, chef du service médico-légal de la police, a attribué le décès de Ganeshwar Ragoo à une « stab wound to the heart ».