Une motion présentée par Me Ravi Rutnah, avocat de Laval Sambacaille, un des trois accusés dans l’affaire de meurtre de Gérald Lagesse, ancien Customer Care Supervisor de la MCB, dont le cadavre fut retrouvé dans le Main Vault de cet établissement bancaire à la suite d’un hold-up perpétré le 11 février 2005, a été prise ce matin devant le juge Benjamin Marie-Joseph. Dans cette motion, l’avocat, qui parle au nom de son client, reproche aux autorités compétentes d’abuse of process.
Ranjitsing Jokhoo, inspecteur de police affecté à la MCIT, unité qui avait mené l’enquête dans cette affaire, a été appelé à déposer. Il a juré un contre-affidavit dans lequel il a donné la réplique à la version formulée dans un affidavit par Laval Sambacaille.
Le témoin a expliqué qu’en 2005, ce fut l’ancien surintendant Prem Raddhoa qui avait supervisé l’enquête dans cette affaire de hold-up et de meurtre. Il a indiqué que c’est à la demande du Commissaire de police qu’il a juré le contre-affidavit, après avoir laissé entendre que c’est le bureau du DPP qui a approché le CP pour qu’un officier réponde aux allégations de l’accusé.
Les trois accusés, Jiawed Ruhumatally (37 ans), Steeve Monvoisin (39 ans) et Laval Sambacaille (52 ans), qui sont défendus respectivement par Mes Raouf Gulbul et Assad Peeroo (N°1), Yanilla Moonshiram (N°2) et Ravi Rutnah (N°3) étaient présents en cour. Me Rutnah a présenté sa motion en la justifiant par deux raisons : 1) le délai pris entre la date à laquelle le délit reproché à son client aurait été commis et la prise de l’affaire en cour ; et 2) il y a eu, selon lui, manipulation de preuves par les enquêteurs et la poursuite. Me Rajkumar Baungally, Principal State Counsel, représente la poursuite.
Rappelons que le corps sans vie de Gérald Lagesse a été retrouvé le matin du 11 février 2005 par un planton près des coffres se trouvant au quartier général de l’institution. Il avait été ligoté et bâillonné. Ses agresseurs ont mis des morceaux de papier dans sa bouche, ce qui aurait causé sa mort. Le rapport d’autopsie devait révéler que la victime est décédé par asphyxie. Les accusés ont cependant nié avoir intenté à la vie de Gérald Lagesse.
Un couteau avait été retrouvé sur les lieux du crime. Les voleurs avaient emporté environ Rs 51,8 millions. Si les recherches de la police ont permis de récupérer la somme de Rs 3 millions dissimulée sous un pont à Ébène, la majeure partie du butin demeure introuvable. L’enquête a été menée par la Major Crimes Investigation Team (MCIT). Laval Sambacaille aurait reçu, selon des enquêteurs, environ Rs 5 millions pour le braquage.
Soulignons que selon toute probabilité, les trois accusés seront jugés séparément l’année prochaine. En effet, le bureau du DPP semble vouloir opter pour que les accusés soient poursuivis l’un après l’autre.