Le petit village de Grand-Port est en émoi depuis hier après-midi. Nicos Babet, un handicapé de 35 et père de deux enfants, encore scolarisés, a été assassiné par le troisième concubin de son ex-épouse. Les faits se sont déroulés hier aux alentours de 16 h 30. Activement recherché par la Central Investigation Division (CID) de Mahébourg, le présumé meurtrier s’est constitué prisonnier peu avant midi aujourd’hui à Bel-Air-Rivière-Sèche où il se terrait depuis ce meurtre atroce.
La victime, père d’Elsa et Elisa, âgées respectivement de 13 et de 8 ans, se trouvait seule à son domicile, rue Margéot, au moment des faits. C’est un appel de détresse de Nicos Babet à son meilleur ami Steven et ses cris qui ont ameuté tout le voisinage. Sa mère Marlène Babet, 55 ans, sortie récupérer sa petite-fille de 8 ans, devait revenir sur ses pas en entendant les cris poussés par les voisins. Et elle est tombée des nues en voyant son fils dans une mare de sang. « Il était tombé de son fauteuil roulant. Il avait des traces de poignard sur tout le corps et sa sonde était par terre », raconte sa mère inconsolable au Mauricien. La fille aînée de la victime et elle-même devaient également apercevoir Sherlaine Hélène, se ruant hors de la maison.
Les tentatives d’alerter le Service d’aide médicale d’urgence (SAMU) se sont avérées vaines. C’est à bord d’un véhicule de la police de Vieux-Grand-Port que Nicos Babet a été transporté à l’hôpital. Mais ce dernier a rendu l’âme en cours de route.
Nicos Babet est enfant unique. Sa mère Marlène était la seule à s’occuper de lui depuis son accident du travail où il a perdu l’usage de ses deux jambes en tombant d’un échafaudage, il y a quatre ans. « Mon fils ne cherchait d’embrouille avec personne. Depuis son accident, il restait à la maison et passait son temps sur son ordinateur », pleure-t-elle.
Son épouse Sherlaine Hélène, 34 ans, la mère de ses deux petites filles, a délaissé le toit conjugal peu de temps après l’accident de Nicos Babet. Cette habitante de Plein-Bois se serait, selon sa belle-mère, mise en ménage avec un autre homme, avec qui elle a eu un enfant, aujourd’hui âgé de 3 ans. Mais elle aurait de nouveau délaissé son couple pour se mettre cette fois en concubinage avec le principal suspect, Jonathan Catherine, âgé de 21 ans. Ce dernier, originaire de Grand-Port, où le couple vivait, avait recouvré la liberté il y a deux mois de cela. Le suspect s’est constitué prisonnier peu avant midi à Bel-Air-Rivière-Sèche où il se terrait depuis ce meurtre atroce.
Selon des sources policières, Nicos Babet ne serait pas la cible du meurtrier. Jonathan Catherine, fiché pour divers délits, dont celui de séquestration, depuis son jeune âge, s’était lancé aux trousses de sa concubine. Cette dernière se serait alors réfugiée chez son ex-mari. Nicos Babet aurait alors tenté d’intervenir en hurlant à pleins poumons. Jonathan Catherine lui aurait alors asséné plusieurs coups de poignard au torse. La victime a, selon le rapport d’autopsie, succombé à une perforation du coeur. Ses funérailles sont prévues à 14 h 30 en l’église Notre-Dame du Grand Pouvoir.