Cédric B., âgé de 17 ans, qui avait avoué à la Criminal Investigation Division (CID) de Rose-Belle avoir tué le chanteur Jean-Philippe Jean, 37 ans, à New Grove, en avril dernier, est revenu sur sa version initiale, impliquant cette fois son cousin Sylvain Laplanche comme étant le meurtrier.
Au cours de son interrogatoire cette semaine, Cédric B. a déclaré aux enquêteurs avoir « caché la vérité », voulant « protéger son cousin ». Cedric B. a allégué que, le jour du drame, il s’était rendu au domicile du chanteur pour le rencontrer. Mais, il ignorait que son cousin l’avait suivi. L’adolescent a attendu le départ de la fille et de la mère de Jean-Philippe Jean pour entrer dans la maison. Après une brève conversation, il s’est rendu dans la chambre du chanteur où ils ont eu des relations intimes. C’est à ce moment que Sylvain Laplanche les a surpris. Ce dernier s’est rendu dans la cuisine où il s’est saisi d’un couteau et aurait poignardé Jean-Philippe Jean. Par la suite, il a nettoyé l’arme du crime dans le lavabo avant de mettre le feu au matelas de Jean-Philippe Jean pour tenter de maquiller ce crime. Cedric B. aurait aidé son cousin dans cette tâche.
Le nouveau suspect a été traduit lundi en justice où une accusation provisoire de meurtre a été logée contre lui. Cependant, Sylvain Laplanche a nié toute implication dans cette affaire et ignore la raison pour laquelle son cousin a cité son nom aux enquêteurs. Il a fourni un alibi à la CID qui vérifie ses informations. Par ailleurs, les enquêteurs s’interrogent sur le timing de ces aveux. Dans un premier temps, l’ado avait balancé le nom de son frère de 22 ans, qui est actuellement en liberté conditionnelle. Même s’ils ont procédé à l’arrestation de Sylvain Laplanche, les enquêteurs prennent cette nouvelle version avec des pincettes, d’autant plus que, depuis son arrestation, l’adolescent souffre de troubles psychologiques. Malgré son incarcération, il suit des traitements à l’hôpital psychiatrique Brown-Séquard après une tentative de suicide.