La réouverture de l’enquête sur le meurtre de la jeune Irlandaise Michaela Harte dans l’enceinte de l’ex-Legends Hotel, commis le 10 janvier 2011, pourrait connaître de nouveaux rebondissements dans les jours à venir. Outre les conclusions du rapport d’ADN du laboratoire de Bordeaux, ayant identifié un suspect dans ce Cold Case, les responsables de la cellule spéciale constituée pour reprendre cette enquête et composée du surintendant Yashdev Callee, du chef inspecteur Seeballuck et de l’inspecteur Roland Dabeesing, ont pris la décision de solliciter la contribution de John McAreavey pour un nouvel exercice en vue d’identifier formellement le meurtrier présumé de la jeune institutrice irlandaise. C’est ce que rapporte ce matin le quotidien Irish Mirror.
Ce journal irlandais cite des propos attribués à l’inspecteur Roland Dabeesing, qui confirme l’intention de la police de procéder à une nouvelle audition de l’époux de la victime en vue de compléter cette enquête revue et corrigée. « Dabeesing wants him to retrace his steps at the hotel where the Co Tyrone woman lost her life –  and warned the case might not be cracked unless he travels to the African island to help the investigation. He said: “I don’t know if Mr McAreavey will be able to come to Mauritius but I would really like for him to come over and to see him.” The detective added he hoped John would make himself available to Mauritian authorities “so we can clarify a few points” », ajoute l’Irish Mirror.
L’inspecteur Dabeesing met l’accent sur l’importance du déplacement de John McAreavey en ajoutant que « because there are certain matters that need to be clarified and he might have to take us to the hotel so he can show us a few things ». Pour cet officier de police, les nouvelles explications de l’époux de la victime sont d’une importance capitale. «Everyone that was at the hotel is a suspect in this case. But there are certain matters that I need to rule out in order to find the real culprit or culprits », devait-il faire comprendre au quotidien irlandais.
L’inspecteur Roland Dabeesing confirme également qu’il est en contact avec des membres de la famille de la victime, en l’occurrence les Harte et les McAreavey. «I have tried to explain to them [the Hartes and McAreaveys] that we are on the right track and that we can’t go as quickly as last time and head straight for disaster with the trial. My colleagues took three months to hand their file to the DPP. It might take me three years but I want to make sure we arrest someone and that there is a conviction in court. I don’t want to take this lightly », devait-il faire ressortir.
Rappelons que la réouverture de cette enquête sur le meurtre de Michaela Harte a été ordonnée par les autorités suite à l’acquittement d’Avinash Treebhowoon et de Sandip Moonea lors du procès aux Assises en juillet 2012. Depuis, quelque 300 échantillons d’ADN, prélevés des employés de l’ex-Legends, ont été analysés par des experts de l’université de Bordeaux avec les conclusions déjà soumises aux autorités compétentes.