Le suspect du meurtre de Jean Richard Arlanda (57 ans), est finalement passé à table au cours de son interrogatoire alors que dans un premier temps, il avait tenté un coup de bluff avec les limiers de la Criminal Investigation Division de Mahébourg chargés de l’enquête. Potaya Sunassee (52 ans), le propriétaire même de la maison en construction où le corps de la victime a été retrouvé, a soutenu que le drame s’est joué lors d’une violente altercation dans la soirée de samedi lors d’une beuverie.
Depuis qu’il a alerté la police dans la soirée de dimanche indiquant qu’un individu gisait sans vie dans sa maison en construction à l’angle des rues Gopala et Karan, Potaya Sunassee a été soumis à un interrogatoire avec les responsables de l’enquête. Le bâtiment de Potaya Sunassee est connu des habitués de la région pour abriter des SDF et pour les beuveries.
Dans un premier temps, Potaya Sunassee devait délibérément embarquer les limiers sur une fausse piste, affirmant qu’il ignorait l’origine de ce drame.
Toutefois, ce coup de bluff a été déjoué par les limiers de la Criminal Investigation Division (CID), compte tenu surtout des blessures au visage et à la tête de Jean Richard Arlanda et des traces de violence avec notamment le T-shirt de la victime déchiré. Le rapport d’autopsie du médecin légiste concluant à la mort de Jean Richard Arlanda par fracture of skull with intracranial haemorrage, n’a fait qu’aiguiser les soupçons de la police.
L’étau devait se resserrer très vite autour de Potaya Sunassee, laboureur de son état, qui est connu des services de police au vu de ses nombreux démêlés avec la justice, dont une tentative d’assassinat sur sa propre femme dans le passé. Il devait à cet effet purger une peine d’emprisonnement de plus de deux ans et demi compte tenu des graves blessures infligées à son épouse.
Avec le « deep questioning » des enquêteurs, il devait très vite craquer et passer aux aveux, revenant sur la chronologie de ce week-end qui a coûté la vie à Jean Richard Arlanda. Dans ses premières explications à la police, il a indiqué que samedi soir son « ami » et lui consommaient de l’alcool dans sa maison en construction. À un certain moment, la situation devait dégénérer et une violente bagarre a éclaté entre les deux protagonistes, dont le motif exact demeure flou.
Poursuivant le récit du drame, Potaya Sunassee devait affirmer que c’est Jean Richard Arlanda qui lui a infligé le premier coup. D’autres échanges, les uns plus violents que les autres, devaient s’ensuivre avant que le suspect ne porte un coup fatal à la victime avec une planche en bois. Potaya Sunassee devait alors abandonner la victime sur les lieux dans la soirée de samedi et le lendemain matin, il s’est rendu à son travail comme si de rien n’était. Cependant, ce n’est qu’en début de soirée que le présumé meurtrier a constaté que la victime gisait toujours sur le sol de sa cuisine et a observé qu’elle ne respirait plus. Par la suite, il devait en informer la police de sa « découverte ».
Le présumé meurtrier a comparu au tribunal de Mahébourg hier où une accusation provisoire de meurtre a été logée contre lui. Il a également participé à une reconstitution des faits avant d’être reconduit en cellule policière pour les prochaines étapes de l’enquête.