Dix-neuf semaines après la découverte macabre du cadavre découpé en treize morceaux de Mantee Muchoyea, âgée de 53 ans, dans le Bassin Cahin, Petit-Verger, Petite-Rivière, de nouveaux développements sont intervenus ce matin dans cette enquête policière. La Major Crime Investigation Team (MCIT), menée par le chef-inspecteur Dieudonné Gérard, a procédé à deux interpellations pour interrogatoire. Devi Muty, âgée de 53 ans, habitant le morcellement La-Confiance, Beau-Bassin, alias Finoune, et son époux, le receveur de bus de la Corporation Nationale de Transport (CNT), Viranda Muty, 54 ans, sont en garde à vue avec une éventuelle inculpation de Conspiracy pesant sur les épaules de la femme, qui souffre d’un handicap ; De son côté, le receveur devrait être en mesure de rentrer chez lui en fin de journée après avoir répondu aux questions des limiers de la MCIT.
Toutefois, le calendrier de travail établi par les hommes du CI Gérard pour la journée devait être perturbé avec l’hospitalisation de Finoune. Pour des raisons pratiques en raison de son handicap physique, Devi Muty avait été placée en détention au poste de police d’Albion pour son interrogatoire vu son incapacité de faire les escaliers. Toutefois, à peine l’exercice se déroulant Under Caution avait été entamée, la suspecte devait faire état d’un malaise.
Devi Muty fut transportée d’urgence sous forte escorte policière à l’hôpital Jeetoo pour être placée sous observation. La séance d’interrogatoire ne reprendra qu’à la décharge de Finoune sur ordre des médecins. En fin de matinée, Devi Mutty, qui a retenu les services de Me Arasen Kallee, devait être présentée devant le,tribunal de Bambous ppur son inculpation provisoire.
L’épouse du receveur de la CNT avait été impliquée dans le meurtre de Mantee Muchoyea suite à l’inculpation provisoire de Mantee Malingaye, cette habitante de Morcellement St-André, âgée de 53 ans, considérée comme la partenaire alléguée de Cartaye Mootien, alias Ayama, âgée de 79 ans, dans des rituels de sorcellerie.
Ce n’est pas la première fois que l’épouse du receveur de la CNT est entendue par la MCIT. Mais pour la présente convocation, la décision a déjà été prise de procéder à son inculpation provisoire pour complicité dans le meurtre atroce de Mantee Murchoyea sur fond de jalousie conjugale. Il semblerait que Finoune n’était pas d’accord de voir son époux entretenir des relations conjugales avec la victime. Elle devait être confrontée aux éléments de réponses révélés à la MCIT par Marday Kalingee et d’Ayama au sujet de ses commentaires défavorables à l’encontre de Mantee Murchoyea.
D’ailleurs, lors de son interrogatoire, peu après son arrestation en mai dernier, Cathaye Mootien alias Ayama, avait indiqué que « oui. Finoune fine deza fir moi dan lopital divan plizier fami ki sa mada so mari garde la pe li mesanté ». L’emploi du temps de Finoune au cours de la semaine précédant le meurtre et le jour du meurtre, soit le dimanche 23 février, de même que tous les appels téléphoniquesd entre le trio composé d’elle-même, Ayama et Mardaye Kaliinghee, ont déjà passés au peigne fin après des applications soumises en Coir suprême pour des Judge’e Orders.
Le receveur de la CNT, Viranda Muty, est également entendu également ce matin dans les locaux de la MCIT. Très peu de renseignelents ont transpiré quant aux raisons derrière l’interpellation de celui qui est présenté comme l’amant de la victime. Mais il n’est pas à écarter que celui-ci puisse rentrer chez lui en fin de journée sans nulle autre tracasserie.
A ce stade, les quatre premiers suspects appréhendés, en l’occurrence Ayama, Prakash Balgobin, aussi connu sous le ,nom de LeRoi et Naswhad Chukowry, alias Loulou et Mardaye Kalingee sont toujours On Remand à la prison. Cette dernière, qui a bénéficié la semaine dernière d’une remise en liberté provisoire, n’a pas été en mesure d’honorer les conditions de la caution fixée à Rs 50 000.
Le cadavre de Mantee Murchoyea, une habitante de Petite-Rivière, avait été découvert et découpé en 13 morceaux dabs un bassin d’irrigation à Petite-Verger. A ce jour, l’arme du crime, soit une tronçonneuse, n’a pas encore récupérée et trois des quatre suspects ont nié les accusations portées contre eux. Les aveux de Mardaye Kalingee ont permis à la MCIT de retracer le parcours de rituels de sorcellerie subi par la victime d’un lieu de culte à Chebel à Plaine-des-Papayes où elle avait été découpée et au bassin Cahin de Petit-Verger.