Naseerudin Tengur, poursuivi devant les Assises pour le meurtre de Marie-Lourdes Collet, a été fixé sur son sort aujourd’hui. Après le “summing up” du juge Benjamin Marie-Joseph et plus d’une heure de délibération des jurés, le verdict est enfin tombé. Naseerudin Tengur devra purger une peine de prison de 40 ans pour meurtre avec préméditation.
Le juge Benjamin Marie-Joseph a indiqué qu’il avait pris en considération le jeune âge de l’accusé avant de rendre sa sentence, mais qu’étant donné la manière dont l’acte avait été commis, et vu le casier judiciaire important de l’accusé, il devait lui infliger une peine de 40 ans de prison. Les 223 jours que l’accusé a passés en détention seront néanmoins déduits de sa sentence.
Pour rappel, Naseerudin Tengur était accusé d’avoir tué Marie-Lourdes Collet le 22 juin 2008 à Balaclava. L’accusé, qui agissait avec deux autres hommes, voulait avoir des relations sexuelles avec des prostituées. Cependant, le soir où Marie-Lourdes Collet avait accepté d’avoir des relations sexuelles avec eux contre une certaine somme d’argent, ils avaient fini par commettre l’irréparable. Interceptant la prostituée qui tentait de prendre la fuite après avoir été surprise en train de mémoriser la plaque d’immatriculation de leur véhicule, l’accusé et ses amis avaient commencé par tabasser leur victime. Ils avaient aussi eu recours à une corde pour l’étrangler. Ils lui auraient ensuite roulé dessus avec leur véhicule avant de l’immoler. Les restes du corps avaient été retrouvés le lendemain par un maçon travaillant dans les environs.
Naseerudin Tengur devra comparaître une nouvelle fois aux Assises en janvier, vu qu’il est aussi accusé d’avoir tué sa tante, Khairoonessa Tengur, avec la complicité de deux hommes. Cette dernière avait été retrouvée morte le 22 décembre 2008 à son domicile, rue Francis Daubin, à Vallée-des-Prêtres. Selon le rapport du chef du département médico-légal, le Dr Sudesh Kumar Gungadin, le décès de la victime, alors âgée de 58 ans, résultait d’une strangulation. Les côtes de la quinquagénaire avaient également été fracturées. Khairoonessa Tengur aurait par ailleurs été violée et sodomisée par un de ses agresseurs avant d’être tuée.