La 6e semaine du procès du meurtre de l’institutrice d’origine Irlandaise Michaela Harte aux Assises a été marquée par l’audition d’Avinash Teebhoowoon. Il est le premier témoin de la défense à être appelé et a été entendu pendant trois jours consécutifs. Il sera de nouveau appelé à la barre demain matin par son avocat, Me Sanjeev Teeluckdharry. Il a craqué en cour les deux premiers jours de son interrogatoire, en revenant sur son arrestation. Lors de son contre-interrogatoire par le Principal State Counsel, Me Medhi Manrakhan, il a maintenu son innocence et a évoqué avoir été battu par les limiers de la Major Crime Investigation Team (MCIT). Mais l’accusé no 1 devait être confronté à ses nombreuses contradictions.
Au début de son contre-interrogatoire, Me Medhi Manrakhan a questionné Avinash Treebhoowoon sur ses précédents emplois avant d’intégrer l’hôtel Legends, désormais Lux* Grand-Gaube. Il ressort que l’accusé no 1 travaillait comme valet de chambre à l’hôtel Le Méridien de 2002 à 2006. Il a quitté son emploi à l’issue d’une suspension de deux semaines après avoir été soupçonné d’un vol dans une chambre qu’il avait rangée. Toutefois, la poursuite devait faire ressortir qu’il s’était vu attribuer une promotion et Avinash Treebhoowoon a expliqué qu’il a décliné le poste, n’étant pas encore prêt à assumer les responsabilités de superviseur. Il a ensuite pris de l’emploi à l’usine Knitwear avant d’intégrer le Legends en 2006 où il serait resté jusqu’au meurtre, soit en janvier 2011.
Me Medhi Manrakhan: Ski li vre pou dire ki ou ti pe gagne problem lacaz a cause ou madam?
Avinash Treebhoowoon: Non mais parski plusieurs fois mo papa ti dir moi aste gaz mais mo pane fer li.
Avinash Treebhowoon est ensuite interrogé sur les horaires inscris sur son Room Working Sheet et les relevés du Door Reading. Sur certaines chambres, les heures correspondent mais sur d’autres, non. Il a été appelé à fournir une explication.
Q: Ler Room Working Sheet ek Door Reading pas coherent, kuma ou explik sa?
R: Pas kav explike mais mo get ler mo montre.
L’avocat de la poursuite répète sa question. Le juge Pritiviraj Fekna intervient et reformule la question, mais Avinash Treebhoowoon maintient sa version selon laquelle il n’a pas faussé l’heure sur son Room Working Sheet.
Juge Pritivirak Fekna: Ski ou pe suggerer kil ler Door Reading pas bon ?
Me Medhi Manrakhan: Ou pe cause menti.
Avinash Treebhoowoon: Non, mo pas pe cause menti.
Me Medhi Manrakhan l’interroge ensuite sur une carte de cocktail photographiée sur le lit dans la chambre 1025. Il est appelé à expliquer quels sont les chambres auxquelles cette carte est destinée.
Me Medhi Manrakhan: Kifer ena lasam ou alé ena ou pas alé?
Avinash Treebhoowoon: Pas tou ki gagné, juste seki fek arrivé ki gagné.
Q: Ene photo dan lasam 1025 montré ene carte cocktail mais pas ti fek arrivé sa. Zot ine vini depi le 8.
R: Numero la sam kot bizin met carte cocktail li vini par directeur. 
Q: Lasam 1029 dapre Room Reading Sheet ou ine rentré 10h. Dapré Door Reading, ou ine rentré 10h27, kifer ou fine re-rentré 10h47?
R: Mo pas rapel.
Q: Et 1h32 alor?
R: Pu kit carte cocktail.
Q: Kuma ou rapel carta cocktail la?
R: Parski ti gagne pu lezot lasam.
L’accusé no 1 est ensuite confronté aux réponses données dans son interrogatoire par son avocat et ses dépositions à la police. Il a déclaré que les quatre dépositions entregristrées sont incorrectes.
Me Medhi Manrakhan: Ou fine donn 4 lenket, me ou dir ki narnien pas bon. Le 10 janvier 2011, kan ou ti donn lenket dan lotel, ki pas bon la dan?
Avinash Treebhoowoon: La polis ti dir moi a cause mo ti nettoie la sam sa zour-là. Li pas laiss moi cause tout, juste enn formalité.
Q: Lenket la pas fauss?
R: Samen mone donné.
Q: Ki pas bon ek lenket la alor?
R: Le 10 janvier ti DND (Do Not Disturb)
Q: Sa ou ti dir le 11 janvier 2011 dan CID Piton?
R: Oui.
Q: Ti kumansé à 13h40 ziska 14h40, 1h de temps. Ti pe pose kestion ek samem ti pe ekrir. Sa statement la, kifer ou dir li pas bon? Kifer ou avocat pou produire enn lenket ki pas bon?
R: Mo ti dir avocat ena bann information ki manqué. Ti DND, me banla pane marqué.
Le juge Pritiviraj Fekna intervient alors, expliquant à l’accusé qu’il y a une différence entre une enquête incomplète et incorrecte. Avinash Treebhoowoon répond que l’enquête est correcte.
Me Medhi Manrakhan: Ki manqué?
Avinash Treebhoowoon: Kan ti dir la sam DND mais ti donn loccasion explike kifer mone fer li malgré ti DND.
Q: Kot sa la Polis inn gagne sa explication la alor?
R: Kan ti fini gagne baté mardi.
Le Principal leading Counsel lit alors la déposition d’Avinash Treebhoowoon et lui demande quelles sont les informations manquantes.
Q: Ski li bon pu dir ki ou pane ale dan lasam 1023 mai ti rent direk dan pantry?
R: Non mo ti ale dan 1023 pu remplass enn shampooing, apre mo ti sorti dan 1031. Mo ti dir sa dan lenket le 12.
Q: Le 13 janvier ki ou ti dir sa.
R: Non le 12 ki mo ti dir sa.
Me Medhi Manrakhan lui lance alors qu’il se noie dans ses mensognes. L’avocat de la défense intervient, demandant à ce que l’avocat de la poursuite s’en tienne aux questions et de ne pas émettre des commentaires.
Q: Kifer ou avocat inn produire enn lenket parey alor? Ou avocat ti batt ou? Ou dakor dan ou lenket le 11 janvier, ou donn boku details ek ou dakor ki la polis pas kav cone si ou pas ti dir?
R: Oui mais mank boku osi.
Q: Ena boku menti osi.
R: Non mai mank boku information. Mo latet ti fatigué, mais le 12 mone rapel mo ti ale dan 1023 pu kit shampooing.
Q: Kot ti dir sa?
R: Dan MCIT.
Me Medhi Manrakhan consacre une bonne partie de son contre-interrogatoire aux relations qu’entretenait l’accusé avec le témoin vedette, Raj Theekoy, et l’accusé no 2, Sandip Mooneea, alors floor supervisor. Il lui demande aussi pourquoi Sandip Mooneea lui a demandé de nettoyer une chambre DND alors que le règlement l’interdit. Il l’interroge aussi sur l’officier en charge du boathouse, un dénommé Rodney dont il n’avait pas mentionné le nom dans sa déposition.
Q: Ti dir ou ki Raj Theekoy ti dir lor ou?
R: Ki li trouve moi ek Sandip Mooneea sorti depi 1025. Mone dir li menti sa.
Q: Selman ou signe lentrée?
R: Mone signé, mo pane lire.
Q: Ou coné ki ena dan lenket le 11?
R: Oui.
Me Medhi Manrakhan lit sa déposition du 11 janvier 2011.
Q: Kan ou ti sorti kot boathouse, ou pas ti met nom Saminaden? Kifer pane ajouter?
R: Mo latet ti fatigué, mo ti lor pression. Mo ti gagne baté.
Q: Si ou ti gagne bater ou ti pou avouer crime mais ou pane avouer oken crime. 15 minits apre ou ti trouve Missie Bruce Lunot?
R: Oui.
Q: Kifer hier dan la cour ou fine dir 15 minit alor ki dan ou lenket 30 minit? Ti bizin colle enn zistoire! 15 minit ou 30 minit? Pense bien!
R: 30 minit. Kan mo ti dan MCIT, mo mem coné ki mo fine passer.
Q: Ki ler ou ine trouve Bruce Lunot?
R: Pas rapel. Ver 15h30 parla.
Q: Kiler ou ti ale dan 1023 pu met shampooing?
R: 14h38 ou 14h40.
Q: Sa lenket la, ou ti donn sa le lendemain, bann zafer ki enkor frais dan ou latet?
R: Oui.
Q: Mé un an et demi après, ou rapel bann zafer ki pas ti rapel le lendemain. Ou inventé? Parski zistoire bizin collé?
R: Non, li pas vre.
Q: Zordi ou rapel Rodney alor ki dan lenket ou met officier en charge?
R: Mo ti dir officier en charge.
Q: Kifer ou pas ti donn so nom?
R: Zot pas ti deman moi.
Q: Kifer zordi li important ou donn nom Rodney?
R: Cause so nom sa.
Le juge Pritiviraj Fekna intervient une nouvelle fois lui demandant si le dénommé Rodney était important, en quoi ça l’était et à quelle heure l’a-t-il rencontré?
Juge Fekna: Ou ti apran pli tard ki ler sa madam la ti mort sa ler la? Ou ti realisé ki Rodney ena enn alibi pou ou, oui ou non? Kifer ou pas ti donn so nom la polis?
S’adressant à la Cour, le juge dit: « Rodney is the most important person for accused no1 », et Me Sanjeev Teeluckdharry de répondre: « We laid the foundation in which the statement has been taken. »
S’adressant à Avinash Treebhoowoon, le juge lui demande pourquoi le 17 janvier, il n’a pas fait mention de Rodney à ses avocats. Avinash Treebhoowoon lui répond qu’il en a parlé à Me Sanjeev Teeluckdharry et son ex-avocat, Ravi Rutnah.
Me Medhi Manrakhan: Sandip Mooneea juste enn collegue sa? Zot pas kamarade?
Avinash Treevhoowoon: Non.
Q: Kifer zot pu assizer cause causer alor?
R: Sa ler la, nu ti pe cause travay mem.
Q: Ki ti pe causé?
R: Ti pe get check-list. Mo ti mal nettoie la salle de bains dann enn lasam sa zour la. Govinden Saminaden ti fini vini. Li ti nommé representant pu ale dir ki problem bann valets gagné.
Q: Govinden Saminaden? Enn invention parey kuma call telephone la sa?
R: La tete ti fatigué.
Me Medhi Manrakhan: Li tro fasil sa dir latet fatigué. Dir ou pe cause menti. Entre Sandip Mooneea ek Raj Theekoye, kisana ou pli proche?
R: Raj Theekoy
Juge Fekna: Dan ou statement ou contigne mentionne Sandip. Ki fer ou ti kit ou ballot linge ek Sandip, ale kot house-keeping apre re-vine cherche ek Sandip. Kifer pas Raj Theekoy?
Me Medhi Manrakhan: Kifer?
R: Li mo supervisor. 
Q: Ou dir Sandip Mooneea toi ou bien ou?
R: Ou.
Q: Zot kamarade?
R: Non mais mo cone li depi mo travay laba.
Q: Kumie letemps ou travay laba?
R: 5 ans, mo ena respect pou li mai mo dir li Sandip parey pu tou superviseurs.
Q: Ki ou suposer fer dan enn lasam DND dan lapre midi?
R: Ver 14h, nu met enn carte assistance dan poigne la porte ek ler ki valet inn trouv DND. Kan client rent dan lasam, si li bizin assistance li apel buro house-keeping.
Q: Kifer pane fer sa le 10?
R: Parski mo ti zoine client. Line dir moi come in 5 mins. Mone kontigne fer 1023, lerla kan mon retourner, mone trouve DND.
Q: Ou ti tape la porte kan ti fini fer 1023? Kan ou trouve DND?
R: Non.
Q: Ti dir come back in 5 mins to do my room ou come back in 5 mins?
R: Come back in 5 mins.
Q: Kifer ou ine ale get Sandip Mooneea?
R: Pou informe li. Li mem supervisor section Deluxe.
Q: Ou ti cone ou pe ale fer kitchose mauvais?
R: Non.
Me Medhi Manrakhan: Mo pas pe cause kokin ni touye la.
R: Parski nu ti deja gagne complaint avant. Client deman assistance, mais li laiss so DND.
Juge Fekna: DND veut dir pas rentre. 1ere raison, kapav client la dan toilette, dan salle de bain ou bien pe dormi.
Q: Ou supervisor inn avoy ou fer enn travay kont règlement.
R: Mone gagne instruction.
Q: Ou ine deja fer li, pas veut dir li bon.
R: Pas pu kapav dir ou, mone gagne permission mone alé?
Q: Ou cone ou pas gagne droit tape la porte mais superviseur telefon dan lasam? Li bon, li pas bon?
R: Pas pu kapav dir.
Q: Kumie le temps ou pren pu fer enn lasam?
R: 20 à 25 minutes.
Q: Ou travay fasil ou pa fasil?
R: Pas fatigant, mone fini abitie. Kuma dir mo pe nettoye mo lacaz mem.
Avinash Treebhoowoon explique alors comment il procède au nettoyage des chambres. A un moment donné, il se sert de l’expression « kass lili » (Ndlr: faire le lit). L’avocat de la Poursuite l’arrête et lit sa déposition du 13 janvier 2011 où il mentionne le terme: « Mone trouve 2-3 billets dépasser, mone dir Sandip anou kassé. » Après plusieurs tentatives de lui extorquer une explication, Me Sanjeev Teeluckdharry formule une objection en disant que « kasse lili et kassé » ne veulent pas dire la même chose. Il est vite arrêté par le juge. Reprenant son contre-interrogatoire, l’accusé no 1 fournira cet élément de réponse. Le juge dit alors: « You gave him the answer in guise of an objection. »
Me Medhi Manrakhan: Kass lili le 12? Dan ki contexte ou fine dir sa?
Avinash Treebhoowoon: Pas rapel.
Q: Ou rapel Saminaden ti vini, ou rapel Rodney, ou mem decrire li, ou rapel Sandip ti lor telephone mais ou pas rapel dan ki contexte ou inn dir sa? Ou enn menteur… Ou ti ena 8 lasam pou fer?
Juge Fekna: He had 9, others had 10.
Lors du 2e jour de son contre-interrogatoire, le lendemain (jeudi), l’accusé no 1 a été une nouvelle fois appelé à raconter comment il procédait pour nettoyer la chambre 1025 et quelles sont les tâches qu’il a entreprises. Il devait nier qu’il avait l’intention de voler et maintient ne pas avoir vu de porte-monnaie sur le dressing table ni d’objets de valeur.
Me Medhi Manrakhan: Kumie letemps ou pren pu nettoye lasam 1025?
Avinash Treebhoowoon: 25 minit.
Q: Tou sa travay la pas pakav pren ou zis 25 minit.
R: Mo pas dakor. 
Q: Ou ine deja gagne problem ek Raj Theekoy?
R: Non.
Q: Ou dakor li pena oken raison pu cause menti?
R: Pas pe compran.
Q: Ou dakor li pena oken motif pou cause menti lor ou?
R: Mo pas cone, mai mo pane gagne problem ek li.
Q: Kuma ou explike dan D.B entry le 13 janvier kan ou madam fini zoine ou li signe lentrée kot dir li satisfait ou pas fine fer complaint et ou en bonne santé?
R: Mo pas coné.
Q: Ou dakor si ou ti pe pleurer, li ti pu dir?
R: Mo pas cone ki line dire.
Q: Ou madam pas enn menteuse?
R: Non.
Me Medhi Manrakhan a ensuite évoqué en grandes lignes les allégations de brutalités policières à l’encontre des limiers de la MCIT. Il s’est d’abord appesanti sur l’épisode à Pamplemousses où, en route, vers la Criminal Investigation Division (CID) de Piton, le CI Gérard et les PC Manoovalloo et Lebon l’auraient frappé dans ses parties intimes, sur le ventre, et lui auraient infligé des coups de poings à l’estomac.
Q: Kuma ou explike ki dokter SSR pane trouve oken blessure externe lor ou?
R: Mo pas ti tir mo chemise.
Q: Ou dir ou ine gagne baté, mais ou pas tir ou chemise?
R: Kan mo ti rentre, ti ena officiers ti deja rent avan moi.
Avinash Treebhoowoon a maintenu sa version selon laquelle il a été tabassé. L’avocat de la poursuite lui demande alors si cela n’aurait pas laissé des traces. Il répond par la négation. Or le médecin de l’hôpital n’a rien décelé. 
Juge Fekna: Ou pe rod fer croire ki kan ou ine ale lopital pane ena traces le doigt lor ou figire. Pourtant, bane bel zom sa. Mo fer compte ou inn gagne 13 calottes.
Me Medhi Manrakhan lui lance qu’il s’embrouille dans ses mensognes. L’accusé no 1 a indiqué plus tôt que le 13 janvier, son ex-avocat, Me Ravi Rutna, a été injurié et bousculé par la police lorsqu’il leur a dit qu’il pouvait invoquer son droit au silence.
Juge Fekna: Dapre ou, ou avocat inn ress assize pendant plis ki 2h15 ek ress trankil pendan deposition le 13 janvier?
Avinash Treebhoowoon :Oui.
Me Manrakhan: Donc ou signé en presence ou avocat?
Treebhoowoon: Oui.
Le watching brief de la famille McAreavey et Harte, Me Dick Ng Sui Wa, a, avec l’autorisation de la cour, posé quelques questions au témoin sur son état psychologique au moment de l’examen pratiqué par le Dr Gungadin à Candos. Le chef du département médico-légal de la police avait noté que son état mental et psychologique était normal.
Michaela Harte et son mari John McAreavey étaient en lune de miel à l’hôtel Legends. L’Irlandaise a été retrouvée morte par son époux le 10 janvier 2011. Avinash Treebhoowoon avait nettoyé la chambre de la victime ce jour-là et Sandip Moneea (accusé no 2) assumait les fonctions de superviseur du bloc DeLuxe.