Le verdict d’acquittement prononcé par le jury des Assises en faveur d’Avinash Treebhoowoon et de Sandip Moneea dans le meurtre de la jeune Irlandaise, Michaela Harte, et ses conséquences pour Maurice au plan international ont été longuement analysés au sein du gouvernement, hier. La conclusion unanime de ces échanges est qu’un tel crime contre une ressortissante étrangère dans une chambre d’hôtel ne peut rester impuni.
Le gouvernement a, par voie de communiqué dans la soirée d’hier, confirmé son intention d’envisager l’option de la réouverture de l’enquête en vue de traduire devant la justice les coupables de ce meurtre.
Les recoupements d’informations effectués auprès des milieux autorisés indiquent que le gouvernement, tout en exprimant son appréciation unanime quant au travail abattu par les enquêteurs de la police depuis le jour du meurtre, le lundi 10 janvier 2011, a pris la décision de demander à la police de reprendre le travail en vue de rechercher de nouveaux éléments en marge d’un autre procès. Cette initiative venant du gouvernement devrait, dans une certaine mesure, atténuer la vague de critiques et de commentaires négatifs contre Maurice sur le plan international enregistrés depuis (voir texte plus loin).
L’état-major de la police a eu, hier après-midi, une longue séance de travail en vue d’établir un plan susceptible de déboucher sur de nouveaux éléments. Très peu de détails ont transpiré de cette réunion, qui s’est déroulée aux Police Headquarters des Casernes centrales, même si l’on affirme que l’éventualité d’un nouveau procès aux Assises dans le meurtre de Michaela Harte est possible comme tel est le cas dans l’affaire Vanessa Lagesse – où de nouvelles preuves ont débouché sur une inculpation formelle de Bernard Maigrot. Et ce, même si le précédent Directeur des poursuites publiques avait décidé de rayer les charges contre ce dernier.
« The government of Mauritius is considering all options for further actions in this matter with a view to bringing the perpetrators of this heinous crime to justice », soutient le gouvernement dans le communiqué. Auparavant, le gouvernement maintenait qu’il partage la souffrance et l’agonie des familles de la victime dans cette dure épreuve. « The government has taken note of the verdict in the trial of the murder case. The government and the people of Mauritius continue to share the grief and agony of the McAreavey and Harte families », note le communiqué officiel.