L’enquête policière sur le meurtre du policier Ashvin Ramkhalawan, victime d’au moins trois coups de couteau, dont un en plein coeur, est actuellement en attente des rapports médicaux pour déterminer la véracité du trouble psychologique de l’épouse Manisha Ramkhalawan. Cet avis médical sera déterminant pour aborder l’étape de l’interrogatoire de cette principale suspecte qui a initialement tenté de faire croire aux enquêteurs que son époux s’est suicidé.
Les indications de sources policières tendent à confirmer que Manisha Ramkhalawan, 26 ans et originaire de Stanley, Rose-Hill, a été confrontée à un premier examen médical dans la journée d’hier au Brown Sequard Hospital (BSH) où elle est placée sous haute surveillance. Toutefois, le rapport du médecin n’est pas encore entre les mains des enquêteurs de la Major Crime Investigation Team (MCIT) qui se sont vus confier cette enquête policière depuis hier après-midi.
Mis à part cet examen par le médecin du BSH, la principale suspecte devra aussi être examinée par un Police Medical Officer en vue de confirmer si elle est effectivement atteinte de troubles psychologiques. Dans la nuit de jeudi à hier matin, soit après le drame, elle présentait quelques signes qui pouvaient laisser penser qu’elle n’est pas « mentally healthy » en affirmant entre autres aux enquêteurs de la police que depuis un certain temps « mo pe rev enn fam an blan ; monn trouv sa fam an blan-la yer swar (ndlr : jeudi soir) ».
L’enquête stagne pour l’heure sur les conclusions médicales qui aviseront si les enquêteurs de la police pourront procéder ou non à l’interrogatoire de cette principale suspecte. Cette étape qui sera réalisée par les limiers de la MCIT du surintendant Manaram devrait permettre de faire la lumière sur ce qui s’est joué exactement au domicile du couple Ramkhalawan à Roche-Terre, Goodlands, dans la soirée de jeudi.
L’une des pistes que les enquêteurs devront probablement aborder est les conflits entre la jeune femme et les membres de la famille de la victime. Tout semble indiquer qu’un froid s’est installé entre Manisha et les Ramkhalawan en dépit du fait que la jeune mariée et son époux Ashvin partageaient pratiquement la même maison que la soeur et la mère de ce dernier. D’ailleurs, dans une des dernières conversations téléphoniques avec sa soeur, Manisha devait faire comprendre que « mo pe gayn problem avek fami Ashvin, nou pa pe tro bien ».
Entre temps, les poignantes funérailles de la victime Ashvin Ramkhalawan se sont déroulées hier après-midi. Les habitants de ce village, qui sont en émoi depuis jeudi soir, et les collègues du jeune homme ont assisté en grand nombre à cette cérémonie. Le jeune homme de 26 ans s’était engagé au sein de la force policière il y a environ trois ans et était affecté au poste de police de Plaine-des-Papayes comme constable.
Depuis six mois, il a épousé la jeune Manisha, qui suit des cours pour devenir esthéticienne. Mais pour des raisons jusqu’ici obscures, il a été sauvagement poignardé dans la soirée de jeudi avec un couteau offert à son mariage…