Les limiers de la MCIT et de la CID de Rose-Belle étaient convaincus que le meurtrier du chanteur Jean-Philippe Jean, 37 ans, se trouvait dans le cercle d’amis de ce dernier et que le motif du crime serait une histoire d’argent. En se basant sur les renseignements d’un témoin, les enquêteurs ont une nouvelle fois interrogé Cédric Emmanuel B., 17 ans, hier, étant donné qu’il y avait certaines incohérences dans ses propos. L’adolescent a en effet craqué, avouant être l’auteur du crime.
Au cours de son interrogatoire par les hommes du surintendant Jean-Claude Pedre, le suspect a soutenu qu’il avait une liaison intime avec la victime depuis plusieurs mois. En retour, Jean-Philippe Jean lui donnait parfois une somme d’argent pour ses dépenses personnelles. Le mercredi 5 avril, Cédric B. s’est rendu devant le domicile de son ami, à New-Grove, où il a attendu que ce dernier place sa fille dans le van scolaire ainsi que le départ de la grand-mère avant d’entrer. Alors qu’il était dans la chambre avec la victime, une dispute a éclaté. Le chanteur aurait refusé de lui donner plus de Rs 400.
Dans un accès de colère, l’adolescent lui aurait assené des coups de couteau au cou et à l’abdomen. Il s’est lavé les mains ainsi que le couteau pour enlever les traces de sang. Il a ensuite tenté de brûler le corps de Jean-Philippe Jean dans son lit pour faire croire à un suicide. Avant de quitter les lieux, il a fait main basse sur l’ordinateur portable, deux tablettes et le cellulaire du chanteur. Une fois chez lui, à Rose-Belle, le présumé meurtrier a tout raconté à son frère Kevin B., 22 ans. Ce dernier, qui a été arrêté hier soir, lui aurait déconseillé de se rendre à la police.
Après les aveux de l’adolescent, les enquêteurs se sont rendus chez lui dans la soirée pour une fouille, où le téléphone portable de Jean-Philippe Jean a été retrouvé. Cedric B. a soutenu s’être débarrassé des autres objets de la victime dans un bassin de la région. Après une nuit passée en cellule, les deux frères sont attendus au tribunal de Mahébourg dans la journée pour leur inculpation provisoire.