Les enquêteurs de la Criminal Investigation Division de Petite-Rivière se concentrent actuellement sur un témoin oculaire en vue de remonter la piste de l’agresseur présumé du boutiquier Sunfee Loa Kun Cheung, 55 ans, retrouvé mort à côté de sa terrasse, dans la soirée de vendredi.
Les informations concordantes disponibles jusqu’ici indiquent que les limiers privilégient la thèse d’un vol perpétré dans le commerce de cet habitant de Petite-Rivière, qui aurait mal tourné. Dans le courant de la matinée d’hier, les éléments de la Scene of Crime Office (SOCO) et ceux de la Major Crime Investigation Team (MCIT), entre autres, procédaient aux prélèvements d’indices susceptibles de contribuer à l’avancement de l’enquête policière qui a démarré vendredi soir, soit depuis que l’épouse du boutiquier, Sook Choon Loa Kun Cheung, 51 ans, a fait la découverte macabre.
Selon les informations disponibles, le couple marié, propriétaire d’une boutique depuis des années sur la route principale de Petite Rivière, s’occupait de leurs derniers clients dans la soirée de vendredi. À un certain moment, le boutiquier Sunfee Loa Kun Cheung entendit des bruits suspects provenant de l’arrière de son commerce où se situe son entrepôt. Il s’enquit de la situation alors que sa femme était toujours dans la boutique.
Au fil des minutes, ne voyant pas son époux revenir, Sook Choon Loa Kun Cheung se rendit également à l’arrière de sa boutique donnant sur un terrain vague. Arrivée à l’étage de la maison des Kun Cheung, elle découvrit son époux tout près de la terrasse, gisant dans une mare de sang. Dans sa version consignée, Sook Choon Loa Kun Cheung a soutenu aux enquêteurs que des passants l’ont informée qu’ils ont surpris un individu quittant sa maison à toute vitesse.
Toutefois, les enquêteurs misent sur les informations détenues par un témoin oculaire pour progresser dans la traque du suspects. Selon les renseignements disponibles, cette personne se trouvait sur le terrain vague au moment où elle aurait aperçu l’individu quittant le domicile de la victime.
De leur côté, le voisinage du défunt boutiquier affiche sa consternation devant ce drame. « Depi lontan, sa misié-là ek so madam ena sa laboutik-là! Zot trwa zenfan pas la, tou l’Australie. Mo pa krwar madam-là pou kapav continye ouver so laboutik apre seki finn passé », devaient indiquer des badauds hier matin, alors que les enquêteurs étaient à pied d’oeuvre sur la scene of crime.
À hier, en début de soirée, aucune arrestation n’avait été faite.