Les limiers de la CID de la Western Division et ceux de la Major Crime Investigation Team (MCIT) ont mis un peu moins de six heures après la découverte du cadavre de Pritviraj Gujadhur, 37 ans, inspecteur municipal de son état, dans un terrain vague à la rue Edison à Rose-Hill, pour élucider cette affaire. En effet, dès hier après-midi, une première suspecte, Prisca Jessica Gédéon Martinel, 23 ans, habitant cité Barkly, a été appréhendée rodant dans les parages du club Jumbo sur la route Royale à Rose-Hill. Les soupçons des enquêteurs ont été aiguisés par des traces de blessures récentes aux mains de la femme et lors de son interrogatoire dans la soirée d’hier elle est passée aux aveux sur cette agression mortelle commise dans la soirée de dimanche. Un second suspect, un dénommé Rasta, est également activement recherché pour sa participation à l’agression mortelle de cet employé de la municipalité de Port-Louis.
Les recoupements d’informations effectués par Le Mauricien auprès des sources concordantes indiquent que dans la soirée de dimanche, la victime, qui venait quitter une des maisons de jeu de Rose-Hill, a été abordée par la jeune fille dans les environs du restaurant Coin Idéal. Après des échanges, la femme devait s’engouffrer dans la Mazda 323 immatriculée 943 EF 03 de l’inspecteur municipal pour prendre la direction du terrain abandonné de la rue Edison, lieu de rendez-vous connu des “oiseaux de nuit” de la région.
Pritviraj Gujadhur, qui avait quitté son domicile de l’avenue Robert Edward Hart, Stanley, s’était initialement rendu dans une des maisons de jeu. Les enquêteurs de la police procèdent à l’audition des responsables ou encore des agents de sécurité de cet emplacement en vue de confirmer ce détail crucial pour le déroulement de l’enquête. Il aurait gagné une somme de Rs 3 000 dans ses différentes mises à la table de jeu avant de décider de rentrer chez lui.
L’enquête de la CID de la Western Division devra déterminer à quel moment précis le compagnon de Jessica Martinel a été informé de l’arrivée de la voiture de la victime à la rue Edison, à l’arrière du collège St-Mary’s ce dimanche soir. À peine la Mazda 323 s’est-elle arrêtée que la victime devait se retrouver en face de son agresseur. Pritviraj Gujadhur devait recevoir les premiers coups d’arme blanche alors qu’il était encore au volant de sa voiture. Des traces de sang accréditent cette hypothèse.
Faveurs sexuelles
Dans ses confessions à la police dans la nuit d’hier à ce matin, Jessica Martinel, qui affirme évoluer dans le circuit Coin Idéal à Rose-Hill, aurait concédé qu’elle a aidé à maîtriser et à agresser la victime. Pritviraj Gujadhur a été traîné par ses agresseurs de la voiture jusqu’au terrain vague où il a été laissé. Mais avant d’évacuer les lieux, Rasta et Jessica Martinel auraient fait main basse sur la somme de Rs 3 000 en possession de l’inspecteur de la municipalité de Port-Louis aussi bien que ses cartes bancaires.
Les cartes bancaires de la victime n’ont pu être utilisées aux guichets automatiques des banques concernées alors que les Rs 3 000 ont déjà été utilisées par les agresseurs dans la matinée d’hier. La police soupçonne que la jeune femme a été utilisée pour appâter la victime avec des faveurs sexuelles. Une fois le piège refermé et la proie dirigée vers le terrain vague, le compagnon, qui était déjà sur place, est passé à l’action avec des menaces à l’arme blanche pour dépouiller la victime. Ce Modus Operandi est connu de la police, qui devra établir les circonstances de ce meurtre de sang-froid.
Par ailleurs, la victime a pu avoir un échange téléphonique avec son épouse, qui était inquiète de son retard pour rentrer à la maison ce dimanche soir. Pritviraj Gujadhur l’avait rassurée une ultime fois en affirmant qu’il rentrerait d’un moment à l’autre. C’était juste avant qu’il ne soit agressé car les conclusions de l’autopsie ont indiqué qu’il a succombé à son agression entre 21 h 30 et 22 h. À l’appel suivant de l’épouse plus tard dans la soirée, le téléphone cellulaire de la victime ne répondait plus…
Vêtements tachés de sang
Inquiets, les parents de l’inspecteur municipal ont entrepris des démarches pour comprendre ce qui aurait pu se passer dans la nuit de dimanche. Il n’a pas donné signe de vie sur son lieu de travail. Vers 11 h 30, l’épouse a été informée du drame par la police. L’identification de la victime, gisant dans une mare de sang sur le terrain, a été facilitée par la présence de sa carte d’identité nationale. Il portait un tracksuit de couleur noire et un blouson de couleur blanche. Seul un côté de ses savates se trouvait à côté de son cadavre.
L’autopsie pratiquée par le Chief Police Medical Officer, le Dr Sudesh Kumar Gungadin, à la morgue du Princess Margaret Orthopaedic Centre, hier après-midi, a permis de relever dix coups de couteau à l’abdomen et trois autres coups au cou. Sur les lieux du crime, les limiers de la Western Division ont récupéré un couteau de cuisine de la marque Kiwi, un étui de téléphone cellulaire et la clef de contact de la voiture.
Avec les développements dans l’enquête, une escouade de membres de la CID de la Western Division a été constituée pour retrouver les traces de Rasta. Tous les endroits qu’il fréquente habituellement ont été placés sous surveillance, de même que les membres de son entourage, ce qui fait que son arrestation est annoncée comme imminente.
Avant sa comparution devant le tribunal de Rose-Hill, à la mi-journée, Jessica Martinel a accompagné les policiers à son domicile à cité Barkly pour une descente des lieux. Les vêtements portant des traces de sang des agresseurs ont également été saisis et envoyés au Forensic Science Laboratory (FSL) à des fins d’analyses. Jessica Martinel, qui a été rattrapée par ses blessures à la main lors de l’agression de dimanche, a été reconduite en cellule policière.