Le procès intenté à un receveur, Sanjay Luchmun, pour le meurtre de sa concubine Santee Okil le 8 mars 2009, s’est ouvert devant les Assises hier. Âgé de 41 ans, il répond d’une charge de “manslaughter”. Il a plaidé non coupable et un panel de jurés constitué de sept hommes et neuf femmes a été constitué pour déterminer sa culpabilité ou pas. Sanjay Luchmun est accusé d’avoir brûlé vif la victime.
Lors de son opening speech hier, le représentant de la poursuite, Me Abdool Raheem Tajoodeen, est revenu sur les circonstances de ce drame, indiquant que la poursuite est en présence de plusieurs preuves pour démontrer que Sanjay Luchmun est le coupable. Le fils de la victime qui aurait été témoin de ce drame témoignera en cour en dépit de son handicap.
Une vingtaine de témoins ont été assignés. Sanjay Luchmun est défendu par Me Rama Valayden. À l’ouverture du procès hier, Me Tajoodeen a indiqué que dans le passé la victime avait donné trois déclarations à la police par rapport au comportement violent de son compagnon et avait même été hébergée par SOS Femmes à certaines reprises. Si dans sa déposition à la police Sanjay Luchmun avait raconté que sa concubine s’était immolée devant ses yeux, la poursuite a déclaré hier que le fils de la victime, qui était présent ce jour-là, avait tout vu. Selon la poursuite, il aurait vu l’accusé asperger la victime d’alcool avant de jeter un morceau de papier en feu sur elle. Ce témoin clé de la poursuite est atteint de trisomie 21 mais selon Me Tajoodeen, il a été examiné par deux psychiatres et pourra témoigner en Cour. Avant de rendre l’âme à l’hôpital Candos, la victime avait pour sa part donné une déclaration à la police dans laquelle elle évoquait un accident. Elle avait indiqué qu’elle avait mis de l’alcool sur elle pour pousser les moustiques et c’est en essayant d’allumer une sandale qu’elle a pris feu. Le procès s’est poursuivi aujourd’hui avec les premiers témoins de la poursuite.