Ramcharan Garburrun et Sailesh Kumar Mookteeram avaient plaidé coupable devant les Assises du meurtre de Sawastee Bhujun, dont le corps calciné avait été retrouvé le 3 novembre 2007 dans un champ de cannes à Poudre-d’Or. Le juge Benjamin Marie-Joseph, revenant sur la gravité de ce délit et l’importance d’envoyer un signal fort, les a condamnés ce matin à 27 ans de prison chacun.
Neuf ans après les faits, les deux accusés Ramcharan Garburrun et Sailesh Kumar Mookteeram, qui étaient complices dans cette affaire, avaient plaidé coupable sous une charge réduite de meurtre (manslaughter) lors de leur procès devant les Assises. Ils étaient défendus par Mes Arun Kutowaroo et Alvin Juwaheer, respectivement.
Le corps calciné de Swasti Bhunjun avait été retrouvé le 3 novembre 2007 dans un champ de cannes à Poudre-d’Or. L’autopsie pratiquée par les docteurs Sudesh Kumar Gungadin et Maxwell Monvoisin, respectivement Principal Police Medical Officer et Police Medical Officer, avait révélé que le décès résultait d’une asphyxie provoquée par une forte pression sur la bouche. De plus, les parties intimes de Swasti Bhujun avaient été « intensément brûlées ».
Lors du procès, l’ex-inspecteur Ranjit Jokhoo avait été appelé à la barre des témoins pour lire les dépositions de Ramcharan Garburrun. Ce dernier avait relaté qu’il était le cousin d’un pandit du nom de Harish Pursun. Selon lui, c’est son cousin qui lui avait signifié son intention d’éliminer Sawastee Bhujun, avec qui il entretenait une liaison mais qui ne cessait de le harceler. Le pandit sera poursuivi dans un procès séparé aux Assises.
Selon les faits, les deux accusés et le pandit avaient concocté un plan pour se débarrasser d’elle. Leur but était de l’emmener à une sortie à la plage pour la saouler. Garburrun avait entre-temps écrasé un Panadol qu’il avait mélangé dans de la bière avant de la donner à Sawastee Bhujun. Ils s’étaient ensuite rendus dans un champ de cannes à Poudre-d’Or où le pandit avait dit à son amante qu’ils allaient tous avoir des relations sexuelles. La jeune femme aurait « paniqué » à ce moment-là et c’est ainsi que, selon Ramcharan Garburrun, Sailesh Mookteeram avait étouffé la victime avant d’asperger son corps d’essence. Il avait par la suite craqué une allumette sur elle.
C’est un habitant de la localité qui avait découvert le corps calciné de la victime, le 3 novembre 2007. Il avait immédiatement informé la police de sa découverte. En passant la sentence ce matin, le juge Benjamin Marie Joseph est revenu sur ce crime odieux où une personne a été tuée intentionnellement. Le juge a souligné qu’il n’y a rien qui démontre qu’ils avaient subi des pressions dudit pandit pour éliminer la femme et qu’ils avaient délibérément participé à cet acte. Les deux accusés ont été condamnés à 27 ans de prison.