La bail motion de Kennedy Thérèse, poursuivi pour le meurtre de son arrière-grand-mère Marie Andréa Thérèse, a été débattue hier par le magistrat Gulshan Jorai siégeant à la Bail and Remand Court. La police objecte fermement à sa remise en liberté conditionnelle de peur que le jeune homme, qui suit des traitements psychiatriques depuis 2009, ne commette un autre crime. Elle s’est aussi attardée sur le fait que Kennedy Thérèse est un danger pour la société. Le magistrat fera connaître son ruling le 9 octobre.
À la barre des témoins, l’inspecteur Seegoolam a avancé les raisons de l’objection de la police pour la remise en liberté du prévenu. La police appréhende qu’une fois en liberté, Kennedy Thérèse ne commette d’autres crimes. Ce dernier avait d’ailleurs fait comprendre au cours de son interrogatoire par la Criminal Investigation Division (CID) de Rose-Belle, qu’il souffre de troubles mentaux. La police avait également confirmé que Kennedy Thérèse est un out patient de l’hôpital Brown Sequard depuis des années.
Le suspect avait comparu en cour de district de Grand-Port le 23 août dernier sous une accusation de meurtre. L’inspecteur Seegoolam a souligné que s’il se retrouvait en liberté, il pourrait représenter un danger pour le public, d’autant qu’il est livré à lui-même, ses parents étant des laboureurs, passent la plupart de leur temps à l’extérieur.
Son père qui est venu déposer a donné l’assurance à la cour qu’il veillera à ce que son fils ne reste pas seul et remplisse les conditions si toutefois il est libéré sous caution. Un psychiatre, venu témoigner hier, a confirmé qu’il suit Kennedy Thérèse depuis 2009. Il a aussi indiqué que son patient pourrait continuer son traitement même en détention avec la visite régulière des médecins.
Le magistrat Gulshan Jorai fera connaître son ruling le 9 octobre prochain.
Les faits remontent au 22 août 2013. Andrea Thérèse, 91 ans, a été mortellement agressée au domicile familial par son arrière-petit-fils Kennedy, 24 ans, suite à une altercation verbale. Son cadavre a été découvert vers 16 h 20 sur son lit dans une mare de sang. Selon les indications, une dispute aurait éclaté un peu plus tôt entre Kennedy Thérèse et sa mère. L’arrière-grand-mère l’aurait alors rappelé à l’ordre en lui interdisant d’élever le ton avec sa mère. Une vive discussion aurait éclaté entre ces derniers et le suspect aurait agressé son arrière-grand-mère avec un sabre. L’autopsie pratiquée par le médecin légiste confirmera que « death was due to chop wound at the head ». Le sabre a été retrouvé sur les lieux par la police.