Poursuivi sous une charge réduite de wounds and blows without intention to kill, un maçon de 24 ans, Jean Stephan Flore, a été condamné ce matin par la Cour d’assises à 12 ans de prison. Il était accusé d’avoir mortellement poignardé son beau-frère Louis Andre Low Kwong le 31 janvier 2009. Dans ses dépositions il avait expliqué qu’il avait décidé de donner une correction à ce dernier car il ne pouvait plus supporter ses commentaires et propositions indécentes faites à sa compagne. Il avait plaidé coupable.
En annonçant la sentence ce matin, le juge Benjamin Marie-Joseph est revenu sur les circonstances du crime, soulignant l’importance d’envoyer un signal fort pour prévenir ce genre de délit. Tenant compte que l’accusé avait plaidé coupable dès le début et avait exprimé des remords, le juge a tout de même fait ressortir que cette affaire ne pouvait être prise à la légère car une personne y avait perdu la vie.
Jean Stephan Flore a été condamné à 12 ans de prison. Au moment des faits, l’accusé était âgé de 19 ans et vivait avec sa compagne depuis quatre ans. Ils avaient un fils de deux ans. Sa concubine, Marie-Jessica Boodhoo, l’avait déjà mis au courant des propositions indécentes de son beau-frère, Louis André Low Kwong, le partenaire de sa soeur. Dans ses dépositions à la police, l’accusé avait expliqué que depuis, il se méfiait de son beau-frère.
Le jour du drame, le 31 janvier 2009, Jean Stephan Flore ne s’était pas rendu au travail et avait reçu la visite de Louis André Low Kwong, qui avait apporté deux bouteilles de bière, qu’ils ont bues en l’absence de sa compagne. Ils sont ensuite partis acheter du rhum et sont rentrés à la maison. Louis André Low Kwong aurait alors commencé à parler de sa compagne, faisant part de son mécontentement de les voir ensemble. Jean Stephan Flore serait alors sorti mais son beau-frère l’aurait suivi en continuant de plus belle. L’accusé aurait alors pris un couteau dans la cuisine avant d’agresser par deux fois la victime à l’abdomen. À la police, il explique que c’était pour « donn li enn bon koreksion ».
« Depi 4 an li ti pe fer move lespri lor mo fam. Mo pa ti dakor ek so fason fer ek mo ti fini met dan latet ki mo ti pou avoy li manze », avait-il dit. Après avoir commis l’irréparable, il s’était rendu chez sa soeur. En route, Jean Stephen Flore devait rencontrer sa concubine et lui expliquer ce qui s’était passé. Il a été arrêté le lendemain matin.
Jean Stephan Flore était défendu par Me Drawnacharya Ortoo alors que la poursuite était représentée par Mes Asha Egan-Ramano et Shakeel Bhoyroo.