Le procès intenté à Yessudass Veeranah, ex-étudiant de l’école médicale SSR, pour l’assassinat de son épouse Nisha Veeranah le 5 novembre 2005, s’ouvre devant le juge Benjamin Joseph aux Assises ce mardi.
Une charge de manslaughter pèse sur Yessudass Veeranah. Il est accusé d’avoir assassiné son épouse à la suite d’une dispute et d’avoir tenté de masquer son crime en enterrant le corps au cimetière St Martin.
Après l’enquête préliminaire au tribunal de Mapou, l’affaire a été déféré aux Assises l’année dernière. Le procès débutera ce mardi devant le juge Benjamin Joseph. Yessudass Veeranah, aussi connu sous le nom de Yessu, a été arrêté le 16 novembre 2005 après que son épouse fut portée manquante pendant plusieurs jours. Après plusieurs jours d’enquête de la MCIT menée par le défunt Prem Raddhoa, le jeune homme, qui était à sa dernière année d’étude en médecine à l’école médicale de Belle-Rive, avait finalement indiqué à la police l’endroit où il avait enterré sa femme au Cimetière St Martin après l’avoir tuée lors d’une violente dispute. Les faits remontent au 5 novembre 2005. Les époux étaient partis pour une tournée en voiture. Ils s’étaient mariés quelques mois plus tôt, contre la volonté des parents du jeune homme compte tenu du fait que ce dernier était toujours étudiant. Ce jour-là, une violente dispute aurait éclaté entre les deux alors qu’ils étaient dans la voiture.
Dans sa déposition à la police, le jeune homme avait expliqué que c’est par accident que son épouse a trouvé la mort. Lors de la dispute, il aurait tenté de calmer son épouse qui était devenue violente et après quelques minutes il aurait réalisé qu’elle avait cessé de se débattre et ne bougeait plus. Il aurait par la suite essayé de la réanimer mais en vain. À la police il a indiqué que c’est par panique qu’il a eu l’idée de l’enterrer. Il décida alors de solliciter l’aide d’un ami qui l’aurait proposé d’enterrer le corps dans une tombe où une autre personne avait été enterrée deux jours auparavant. Le corps de la jeune femme avait été retrouvé 18 jours plus tard dans un état de décomposition avancée. Le médecin légiste à attribué la mort à une « compression of the neck ». Deux autres personnes, sa tante Premila Woodun et un ami proche, Vijay Bahal, qui étaient accusés de l’avoir aidé à dissimuler le corps au cimetière, avaient aussi été arrêtées dans cette affaire sous une charge provisoire de « aiding and abetting in the commission of a crime concealing corpse ». Ils ont par la suite été relâchés sous caution après quelques jours. Yessudass Veeranah a quant à lui retrouvé la liberté provisoire plus d’un mois après. Il a retenu les services de Me Ashley Hurrangee.