Nouveau développement en cette fin de semaine dans l’enquête confiée à la CID de la Western Division sur le meurtre de Stacey Henrisson (16 ans) le 5 mai à Bonne-Mère. Deux nouvelles arrestations sont intervenues hier après-midi, même si les prévenus concernés – la notaire Farzanah Bibi Joomun-Boolakee, âgée de 28 ans et habitant Pereybère, et un courtier et directeur de l’agence immobilière Ariel Limited, Mamade Reza Hossen, âgé de 49 ans – ne sont pas directement connectés au meurtre de la lycéenne de Bonne-Mère.
Le père de la notaire, Mahmad Hossen Joomun Boolakee, a aussi été longuement entendu par les hommes de l’assistant surintendant de police (ASP) Daniel Monvoisin. Il a toutefois été autorisé à rentrer chez lui dans la soirée d’hier sans aucune forme de procès. Ces arrestations ont perturbé le programme de travail d’hier, dont le déroulement de la reconstitution des faits sur les lieux du crime ; avec la participation du présumé meurtrier Jayraj Sookur (49 ans), Master Healer, et de son présumé complice Ramdassen Tany (53 ans), en fin de matinée au lieu d’hier.
La notaire Farzanah Bibi Joomun-Boolakee et le directeur d’Ariel Limited, Mamade Reza Hossen – libérés sur parole par l’ASP Monvoisin hier en début de soirée après une longue séance d’interrogatoire en présence de leurs hommes de loi, Mes Malleck et Oozeer – sont retournés ce matin aux Police Headquarters de Rose-Hill pour compléter les formalités d’inculpation provisoire, et leur comparution devant le tribunal pour leur remise en liberté conditionnelle. La notaire est principalement accusée du délit de Possession of Stolen Property.
Cette arrestation fait suite à l’enquête de la police portant sur le relevé des pièces d’ameublement se trouvant dans le complexe commercial et résidentiel de Pointe-aux-Canonniers légué à Stacey Henrisson par son père, Wills Henrisson, à sa mort le 18 octobre dernier. Les informations recueillies par la police depuis l’ouverture de cette enquête sont que plusieurs objets de valeur ont été vendus ou disposés sans l’autorisation de la propriétaire, qui était mineure.
Sur la base de renseignements sûrs et avec un mandat de perquisition signé par un magistrat, les hommes de l’ASP Monvoisin ont effectué hier après-midi une descente des lieux au bungalow de Farzanah Bibi Joomun Boolakee à Pereybère. Ils ont ramené et placé sous séquestre des pièces d’ameublement, dont deux hamacs et des stands appartenant à la victime Stacey Henrisson.
Le père de la notaire et Farzanah Bibi Joomun Boolakee ont été convoqués formellement dans les locaux de la CID de la Western Division pour des explications quant à la présence de ces objets appartenant à la lycéenne sur leur propriété. Avec ces nouveaux éléments corollaires à l’enquête sur le meurtre, les enquêteurs veulent accréditer la thèse sur le mobile du crime, à savoir un complot orchestré par Jayraj Sookur et exécuté en partie par Ramdassen Tany pour s’approprier l’héritage de la jeune fille valant entre Rs 30 millions et Rs 50 millions.
Dans sa déposition, la notaire a été appelée à expliquer les circonstances dans lesquelles ces meubles ont atterri dans son campement à Pereybère et qui était l’instigateur de cette affaire. Les éléments d’informations communiqués à la police sont jugés cruciaux en vue d’établir le complot qu’aurait monté le beau-père de la victime. Une inculpation provisoire de recel a été logée contre Farzanah Bibi Joomun Boolakee alors que son père n’a pas été inquiété par les enquêteurs qui se penchent encore sur ses explications en vue de déterminer la marche à suivre.
Pour ce qui est de l’inculpation provisoire du directeur d’Ariel Limited, très peu de détails ont transpiré quant aux reproches formulés contre lui dans cette affaire. Toutefois, Mamade Reza Hossen était ce matin en compagnie de la notaire et des policiers pour se rendre au tribunal en vue de la remise en liberté conditionnelle.
Le Mauricien n’a pas été en mesure d’obtenir confirmation si le directeur d’Ariel Limited est la même personne approchée par Jaykar Sookur pour entreprendre le marketing dans le cadre de la vente de propriétés immobilières de Stacey Henrisson, notamment les négociations ratées du 7 mai pour la vente du terrain de 315 toises avec le complexe commercial et résidentiel et les deux autres bungalows s’y trouvant pour Rs 12 millions.
Compte tenu de l’étape de l’arrestation de la notaire après consultation avec le Director of Public Prosecution’s Office d’hier, la reconstitution des faits au Myassa Healing Centre à Bonne-Mère à Flacq – les lieux du crime dans l’après-midi du 5 mai et sur la route principale à Plaine-Champagne – se déroule depuis ce matin sous la supervision du chef enquêteur Daniel Monvoisin.
Le meurtrier principal, Jayraj Sookur, est retourné sur les lieux du crime à 10 h 42 pour participer à cet important exercice. Encadré des experts de la police, il a passé un peu plus de deux heures à l’intérieur de la maison pour répéter les faits et gestes commis le 5 mai. Dans ses premiers aveux, le Master Healer avait soutenu que « mo finn touf li avek enn lorye ». Il a démontré comment il s’était pris pour ligoter les mains de la victime dans son dos avant de la placer dans le véhicule utilitaire 4 x 4, la Mitsubishi de couleur blanche, avec l’aide de son présumé complice Ramdassen Tany.
À la mi-journée, Jayraj Sookur se trouvait encore sur les lieux du crime alors que Ramdassen Tany n’y avait pas encore fait son apparition. Après l’étape de Bonne-Mère, les deux suspects devront se rendre en cours d’après-midi pour montrer aux enquêteurs l’endroit où ils auraient balancé le cadavre de Stacey Henrisson dans un ravin d’une profondeur de dix mètres.
Après la reconstitution au Myassa Healing Centre de Bonne-Mère, le suspect Sookur a été dirigé par les policiers à Espace-Maison à Boulet-Rouge où il avait acheté la corde de couleur verte pour commettre son crime.
En début d’après-midi, le cortège de la police avec le meurtrier principal a mis le cap sur le Nord, plus particulièrement Pointe-aux-Canonniers pour la suite de l’exercice.
En parallèle à l’exercice de reconstitution, les limiers de la CID de la Western Division tentent d’approfondir la piste de l’existence de procurations au nom de Jayraj Sookur. Ces détails devraient être utiles pour la prochaine audition de la mère de la victime. Béatrice Rouillon-Sookur n’a fait jusqu’ici qu’une seule déposition à la police, soit samedi dernier.
L’épouse de Jayraj Sookur n’a pas encore été confrontée aux éléments accablants constituant le dossier à charge dans le meurtre de Stacey Henrisson. Les enquêteurs ont établi des contacts en Inde, plus particulièrement dans l’État du Kerala pour obtenir, de sources indépendantes, la confirmation sur la nature du traitement médical suivi par Béatrice Rouillon-Sookur lors de son récent séjour.
La convocation de Béatrice Rouillon-Sookur en vue de consigner sa défense dans cette affaire ne devra être fixée qu’à la réception de ces informations.