La famille Henrisson se dit très inquiète devant la tournure des événements concernant le meurtre de Stacey. Clude Henrisson, l’oncle de la victime, ne comprend ainsi pas pourquoi l’Assistant surintendant de police (ASP) Daniel Monvoisin a été dessaisi de l’enquête alors qu’il a « bien fait son travail ». Pour Me Dick Ng Sui Wah, avocat de la famille, il s’agit d’un « très mauvais signal à la population », surtout après que le crime de Michaela Harte soit resté impuni.
« Je sais que Jayraj Sookur (Ndlr : meurtrier présumé de Stacey Henrisson) doit se défendre, mais il y a eu des évidences qui sont très claires. Je n’ai pas l’intention de dire au Commissaire de police comment faire son travail, je crois en son intégrité et j’espère qu’il veillera à ce que le crime de Stacey ne reste pas impuni. » C’est avec beaucoup d’émotion que Clude Henrisson s’est exprimé sur les développements dans l’enquête sur le meurtre de sa nièce. Qui plus est, l’oncle de la victime compte écrire au commissaire de police pour lui faire part de ses appréhensions au sujet de cette affaire.
« L’ASP Monvoisin a fait un travail formidable. Le dessaisissement de l’enquête ressemble à un coup de couteau dans le dos. Comment veut-on encourager les policiers à bien faire leur travail ? »
Clude Henrisson souhaite que dans cette affaire, on ne se retrouve pas avec le fameux dicton kreol qui dit : « bef travay souval manze ! » Il rappelle que tout le pays est encore bouleversé par le meurtre atroce de Stacey Henrisson. Tout le monde est en haleine, dit-il, et souhaite que ce crime affreux ne restera pas impuni : « Je mets cette affaire entre les mains des Mauriciens. Nous sommes un peuple admirable, mais il ne faut pas venir nous faire gober n’importe quoi non plus. »
De son côté, Me Dick Ng Sui Wah est d’avis que la tournure de l’enquête vient donner un très mauvais signal à la population. Surtout après que l’affaire Michaela Harte soit restée impunie. « Je souhaite que la police et le bureau du DPP prennent leurs responsabilités dans cette affaire. » Commentant les allégations de brutalité policière, l’avocat rappelle que l’enquête menée par l’équipe de l’ASP Monvoisin n’est pas basée uniquement sur les aveux. « Je respecte la présomption d’innocence, mais il y a eu des évidences, comme l’ordinateur retrouvé dans la rivière. Ce sont des choses qu’on ne peut inventer. Que la police enquête sur les allégations de brutalité c’est autre chose », avance l’homme de loi.
Par ailleurs, Me Dick Ng Sui Wah met en garde contre une tendance à se plaindre de la brutalité policière depuis l’affaire Michaela Harte. « Si ça continue il y aura une dégénérescence de l’ordre public », estime-t-il. Et de rappeler que des membres du jury potentiel suivent cette affaire et sont susceptibles d’être influencés par ce qui se passe.