Béatrice Rouillon-Sookur, 37 ans, habitant route Royale à Bonne-Mère et mère de Stacey Henrisson – victime d’un meurtre commis le 5 mai à cette même adresse –, a fait ce matin un nouveau déplacement au QG de la CID de la Western Division à Rose-Hill. Mais, les informations glanées de sources autorisées indiquent que l’objectif de ce déplacement concernait des side issues dans cette enquête menée sous la supervision de l’assistant surintendant de police, Daniel Monvoisin. Deux autres cas de Possession of Stolen Property ont été logés contre Gyan Kudawoo, le beau-frère de Jaykar Sookur, le meurtrier présumé de la lycéenne de 17 ans, et un habitant de Gokoolah, chez qui des meubles appartenant à la famille Henrisson ont été retrouvés par la police. Outre une guitare, les limiers de la CID sont en possession d’une motocyclette de la marque MBK, qui avait été abandonnée chez un garagiste de Gokoolah par le suspect Ramdassen Tany.
Dans la matinée, Béatrice Rouillon-Sookur, qui doit être entendue under caution par une escouade de la police en vue de faire la lumière sur les circonstances du meurtre de Stacey Henrisson, a participé à un exercice préliminaire. Elle a été invitée à participer à une identification des objets ayant appartenu à sa fille de son vivant. Parmi, l’on retrouve un ordinateur portable, une caméra et un discman de même qu’un sac à dos.
Dans ses aveux, le suspect Jaykar Sookur a indiqué au chef enquêteur Daniel Monvoisin l’endroit sur le pont de la Grande-Rivière-Nord-Ouest d’où il a balancé ces objets aux petites heures du matin du dimanche 6 mai. Des plongeurs professionnels du Groupement d’Intervention de la Police Mauricienne (GIPM) avaient récupéré ces objets du lit de GRNO lundi. Mais aucune confirmation n’est disponible publiquement en ce qui concerne le téléphone cellulaire de Stacey Henrisson.
Après son retour de l’Inde, le 3 mai, la victime avait confié à sa grand-mère que son beau-père, Jayraj Sookur, avait confisqué son téléphone cellulaire et son ordinateur dans une tentative de l’isoler de ses proches et de ses camarades. Béatrice Rouillon-Sookur devait confirmer à la police que ces articles appartenaient à sa fille. D’autres articles retrouvés et saisis au domicile de Ramdassen Tany lors d’une précédente perquisition policière devraient faire partie de cet exercice d’identification.
D’autre part, l’ordinateur portable de Stacey Henrisson devra subir un examen forensic complet par les spécialistes de l’IT Unit de la police en vue de retracer tout indice susceptible de confondre le meurtrier présumé au sujet du mobile du crime commis de sang-froid à son domicile en l’absence de tout témoin. Béatrice Sookur-Rouillon devra rentrer chez elle après les procédures d’identification dans l’attente d’une nouvelle convocation.
Depuis hier matin, les hommes du chef enquêteur Monvoisin sont engagés dans des opérations de récupération de meubles et autres objets emportés de la propriété du défunt Wills Henrisson à Pointe-aux-Canonniers. Après la notaire Farzanah Boolakee, habitant Pereybère, et Mamode Reza Hossen (49 ans), directeur d’agence immobilière, qui ont été inculpés du délit provisoire de Possession of Stolen Property (PSP), deux autres suspects ont été appréhendés en fin de journée d’hier. Le beau-frère de Jayraj Sookur, Gyan Kudawoo, et un habitant de Gokoolah, Joseph Cerveau, devaient être accusés provisoirement du même délit. Dans la matinée, une perquisition se déroulant au domicile de Joseph Cerveau avait permis à la police de récupérer deux guitares, un ventilateur et une série d’autres effets personnels ayant appartenu à Stacey Henrisson.
En fin de journée d’hier, les membres de la CID de Rose-Hill ont dû réquisitionner un camion pour transporter des meubles et autres pièces à conviction se trouvant aux domiciles du beau-frère et de l’habitant de Gokoolah. Parmi les meublés placés sous séquestre à la police de Rose-Hill, se trouvent trois fauteuils en rotin, une chaise de bureau, un réfrigérateur, trois grands miroirs habituellement installés dans des salles de danse ou de musculation, plusieurs barres en aluminium et une structure métallique.
Ce matin, une motocyclette de la marque MBK avait été débarquée au poste de police de Rose-Hill. Un garagiste de ce même village du Nord a fait comprendre à la police que cet engin avait été abandonné dans son garage par Ramdassen Tany, le suspect No 2, depuis quelque temps déjà et qu’il n’avait aucune idée de l’identité du propriétaire.
Gyan Kudawoo et Joseph Cerveau ont été soumis à des séances d’interrogatoire quant aux circonstances dans lesquelles ces meubles et ces articles appartenant à la famille Henrisson de Pointe-aux-Canonniers ont été installés chez eux. La police veut obtenir confirmation de l’identité de la personne ayant décidé de cette distribution de meubles ne lui appartenant.
La question cruciale que tente d’élucider la police est de savoir à quelle époque est intervenue la distribution des meubles et dans quel objectif. En principe, depuis le 4 novembre de l’année dernière, Béatrice Rouillon-Sookur avait obtenu un ordre du magistrat siégeant au tribunal de Pamplemousses pour que des scellés soient apposés sur les deux showrooms et l’atelier artisanal de Pointe-aux-Canonniers de feu Wills Henrisson et aux « residential premises situated at Pointe aux Canonniers in which are found the furniture, goods and chattels » (voir fac similé plus loin).
Si cette « opération remplie de générosité » s’est déroulée après le 4 novembre, un cas d’outrage à un ordre de la Cour pourrait faire l’objet d’enquête criminelle. À ce stade, la police se garde de confirmer ou d’infirmer quant à la date de ces transferts de meubles du complexe commercial et résidentiel de Pointe-aux-Canonniers, objets de convoitise et d’obsession de Jayraj Sookur depuis la mort du père de Stacey Henrisson.